« Je vais vo­ter Ber­trand, mais à contre­coeur »

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - Lille, Rou­baix et Wat­tre­los (Nord) De nos en­voyés spé­ciaux

« CES RÉ­GIO­NALES, ce se­ra notre 21 avril 2002 », nous confiait une mi­li­tante PS la se­maine der­nière. On y est. Di­manche, Ma­rine Le Pen a sur­clas­sé ses concur­rents. Troi­sième, le can­di­dat PS, Pierre de Sain­ti­gnon, s’est re­ti­ré. En Nord-Pas-de-Ca­lais - Pi­car­die, la gauche n’a plus qu’une op­tion pour bar­rer la route au FN : vo­ter Xa­vier Ber­trand (LR). Ma­tin blême au siège du PS à Lille (Nord). « Tout le monde est son­né », avoue un mi­li­tant dans le hall dé­sert. Cer­tains sont aus­si fu­rieux de de­voir rendre les armes. Ils ont dit leur co­lère à leur pa­tronne lo­cale, Mar­tine Filleul. Hier soir, un con­seil fé­dé­ral était pré­vu fa­çon « thé­ra­pie de groupe », se­lon les mots d’un cadre.

A l’étage, Ber­nard Mon­ne­veux, 35 ans de mi­li­tan­tisme, ra­masse les restes de la soi­rée élec­to­rale : « J’ai

Wat­tre­los (Nord), hier. Au se­cond tour, Meh­di vo­te­ra pour le can­di­dat LR. Ce mi­li­tant PS va même ten­ter de mo­bi­li­ser son ré­seau. Sans cer­ti­tude que ce­la fonc­tionne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.