A droite, l’heure des rè­gle­ments de comptes

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - OLI­VIER BEAUMONT

« SI TOUT LE MONDE pou­vait se taire pen­dant une se­maine… ce se­rait très bien », ré­sume le pa­tron des dé­pu­tés LR, Ch­ris­tian Ja­cob. Hier, les prin­ci­paux té­nors des Ré­pu­bli­cains se sont en­ten­dus sur la po­si­tion of­fi­cielle du par­ti pour cet en­tre­deux-tours des ré­gio­nales : à sa­voir la stra­té­gie du « ni fu­sion, ni re­trait », comme l’avait sou­hai­té dès di­manche soir Ni­co­las Sar­ko­zy. De là à pen­ser que le par­ti de la rue de Vau­gi­rard avance comme un seul homme dans cette fin de cam­pagne, il y a un pas que per­sonne n’ose ce­pen­dant fran­chir. Car le bu­reau po­li­tique qui s’est te­nu en fin de ma­ti­née a une nou­velle fois été la dé­mons­tra­tion des an­ta­go­nismes pro­fonds qui conti­nuent de mi­ner la droite. Même si pour les vrais rè­gle­ments de comptes, il fau­dra en­core at­tendre quelques jours…

Exa­men de conscience re­mis à plus tard

« On ne change pas de stra­té­gie au mi­lieu du gué. On serre les dents et on fait cam­pagne sans états d’âme. On re­porte après le se­cond tour tous les exa­mens de conscience », a re­con­nu Fran­çois Fillon, can­di­dat à la pri­maire de no­vembre 2016, de­vant le bu­reau po­li­tique (BP). Un exa­men de conscience qu’Alain Jup­pé se dit prêt lui aus­si à faire : « Au len­de­main de l’élec­tion, il va fal­loir que nous ou­vrions un dé­bat sur la si­tua­tion ac­tuelle qui fait que — soyons lu­cides — nous ne sommes pas au­dibles. » Ce qui fait dé­jà bon­dir les sar­ko­zystes : « S’il y a des res­pon­sa­bi­li­tés à cher­cher, c’est du cô­té des can­di­dats à la pri­maire qui brouillent sans cesse la ligne pour se dif­fé­ren­cier du par­ti. Ce­la dé­sta­bi­lise nos élec­teurs ! » s’exas­père en off Ra­chi­da Da­ti. Am­biance.

Et pour cer­tains, c’est Ni­co­las Sar­ko­zy lui-même qui s’est char­gé de les re­mettre en place hier ma­tin. A l’ins­tar de Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet, une des rares à s’être ou­ver­te­ment op­po­sée hier au ni-ni, avec JeanPierre Raf­fa­rin. « Ta stra­té­gie per­son- nelle nous a dé­jà coû­té cher. Tu ne vas pas re­com­men­cer avec les ré­gio­nales ! » lui a vio­lem­ment ré­pon­du le pa­tron des Ré­pu­bli­cains lors du BP, en ré­fé­rence à l’élec­tion par­tielle dans le Doubs, l’an der­nier, quand elle s’était dé­jà op­po­sée à cette ligne.

Le par­ti pris en étau

Di­manche soir, l’UDI et le Mo­Dem, al­liés aux Ré­pu­bli­cains, s’étaient pro­non­cés pour le re­trait des listes ar­ri­vées en troi­sième po­si­tion dans les ré­gions où le FN pour­rait ga­gner. Cette po­si­tion, sur le pa­pier, ne concerne que Lan­gue­doc-Rous­sillon - Mi­diPy­ré­nées, re­pré­sen­té par un Do­mi­nique Rey­nié qui de toute fa­çon n’a pas sou­hai­té se re­ti­rer. S’il le fai­sait, ar­guet-il, les voix de ses élec­teurs iraient bien da­van­tage au FN qu’au PS !

Il reste à sa­voir dans quel état se­ra le par­ti di­manche à l’is­sue du se­cond tour. « On est coin­cés entre la gauche qui est moins bas que pré­vu et un FN qui marche sur nos plates-bandes. On ne res­pire plus, on suf­foque », s’in­quiète un dé­pu­té. D’au­tant que la droite ne mise plus du tout sur la « grande vague bleue » évo­quée il y a en­core quelques se­maines. « Hier (NDLR : di­manche), c’était le black sun­day, le grand fris­son. Mais ça ira mieux dans une se­maine », pa­rie un proche de Sar­ko­zy, qui mise sur 6 à 7 ré­gions rem­por­tées. Op­ti­miste ? Si les Pays de la Loire, la Nor­man­die et Rhône-Alpes - Au­vergne sont bien par­ties pour tom­ber sous pa­villon LR, le reste est plus in­cer­tain.

A l’image de l’Ile-de-France, où Va­lé­rie Pé­cresse doit com­po­ser avec un Claude Bar­to­lone (PS) plus en forme que pré­vu, et le Centre - Val de Loire où le FN Phi­lippe Loi­seau est ar­ri­vé en tête. Quand au Nord-Pas-de-Ca­lais - Pi­car­die et en Paca, « Xa­vier Ber­trand et Ch­ris­tian Es­tro­si n’ont plus les cartes en main », sou­pire un cadre du par­ti, pas cer­tain que le re­trait des can­di­dats so­cia­listes suf­fise pour faire la dif­fé­rence face au FN.

@oli­vier­beau­mont

VI­DÉO Raf­fa­rin op­po­sé à la stra­té­gie de Sar­ko­zy

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.