Ré­gio­nales : la CFDT ap­pelle à faire bar­rage au FN

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - C.G.

LE SYN­DI­CAT de Laurent Ber­ger a ap­pe­lé hier à ce qu’« en au­cun cas le Front na­tio­nal ne puisse ac­cé­der à la pré­si­dence d’une ré­gion » au deuxième tour des ré­gio­nales. « La mon­tée du Front na­tio­nal consti­tue un risque ma­jeur pour la dé­mo­cra­tie », es­time la CFDT, pour qui « les pro­po­si­tions de ce par­ti n’ap­portent au­cune ré­ponse aux pro­blèmes éco­no­miques et so­ciaux de nos ré­gions, mais sont dé­ma­go­giques, in­ef­fi­caces et dan­ge­reuses ». De son cô­té, JeanC­laude Mailly, se­cré­taire gé­né­ral de Force ou­vrière in­ter­ro­gé sur BFM Bu­si­ness, a rap­pe­lé que FO ne don­nait « pas de consigne de vote » pour le se­cond tour. Se­lon lui, « l’un des élé­ments es­sen­tiels » de la per­cée du FN, « c’est la si­tua­tion éco­no­mique et so­ciale ». S’ex­pri­mant en « tant que ci­toyen », il a re­pro­ché à Fran­çois Hol­lande et à Ni­co­las Sar­ko­zy de « pen­ser que pour être ré­élu, il faut avoir le Front na­tio­nal au 2e tour d’une pré­si­den­tielle ». Quant à la CGT, sa fé­dé­ra­tion des cadres (Ugict) a lan­cé un ap­pel à « ré­ha­bi­li­ter la dé­mo­cra­tie ».

MOU­VE­MENT PA­TRO­NAL ETHIC s’est dit « scan­da­li­sé » hier par le pro­jet de Ber­cy vi­sant à ré­mu­né­rer les per­sonnes don­nant des in­for­ma­tions sur les frau­deurs fis­caux, as­si­mi­lant cette pra­tique à de « l’es­pionnage » et à de la « dé­la­tion ». En ef­fet, le mi­nis­tère des Fi­nances a in­di­qué sa­me­di qu’il vou­lait ré­mu­né­rer les per­sonnes four­nis­sant des in­for­ma­tions sur les frau­deurs, une pra­tique sus­pen­due de­puis dix ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.