Une amende en­core plus lourde pour UberPop

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE -

C’EST UN NOU­VEAU coup dur pour Uber, la so­cié­té amé­ri­caine de voi­tures de tou­risme avec chauf­feur (VTC). Condam­née en oc­tobre 2014 à 100 000 € d’amende en pre­mière ins­tance, la fi­liale fran­çaise du géant ca­li­for­nien, Uber France, a éco­pé hier d’une peine ag­gra­vée concer­nant son ap­pli­ca­tion UberPop. La cour d’ap­pel de Pa­ris a en ef­fet in­fli­gé 150 000 € d’amende pour pra­tique com­mer­ciale trom­peuse à la fi­liale fran­çaise d’Uber, qui pro­po­sait comme du co­voi­tu­rage une offre payante de trans­port de par­ti­cu­liers bap­ti­sée UberPop. Elle n’a en re­vanche pas sui­vi les ré­qui­si­tions de l’avo­cate gé­né­rale qui ré­cla­mait une amende en­core plus sa­lée, à hau­teur de 200 000 €. « C’est une condam­na­tion ex­trê­me­ment nette et claire », s’est fé­li­ci­té Jean-Paul Le­vy, avo­cat de l’Union na­tio­nale des taxis (UNT), par­tie ci­vile au cô­té de la Chambre syn­di­cale des loueurs d’au­to­mo­biles (CSLA) et du Syn­di­cat des taxis 78 (ST 78). Le re­pré­sen­tant d’Uber, lui, n’a pas sou­hai­té com­men­ter la dé­ci­sion. En France comme en Al­le­magne puis en Bel­gique ou aux Pays-Bas, Uber a dû re­non­cer à UberPop, son ap­pli­ca­tion la plus po­pu­laire, lan­cée en fé­vrier 2014. La France était alors le pre­mier mar­ché hors Etats-Unis à voir naître ce ser­vice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.