A Lyon, mé­tro et bus dé­jà très sé­cu­ri­sés

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - Lyon (Rhône) De notre cor­res­pon­dante CA­THE­RINE LA­GRANGE

JOUR­NÉE OR­DI­NAIRE sur le ré­seau des Trans­ports en com­mun lyon­nais (TCL). A la sta­tion de mé­tro Bel­le­cour, les rames de mé­tro et les quais sont bon­dés. Sans pré­sence vi­sible des forces de sécurité de prime abord. La pro­po­si­tion de loi de Gilles Savary pour­rait-elle mo­di­fier ce pay­sage ?

Sur le quai du mé­tro, les avis sont par­ta­gés. Les voya­geurs sont-ils prêts à voir les agents de sécurité contrô­ler l’iden­ti­té des pas­sa­gers, Ins­pec­ter leurs sacs ? Voire même les re­te­nir, s’ils ne veulent pas ob­tem­pé­rer ? Ma­thilde, la soixan­taine, n’y ver­rait pas d’in­con­vé­nient. « C’est vrai que, dans les trans­ports en com­mun, on a tou­jours une pe­tite ap­pré­hen­sion et je ne se­rais pas gê­née de de­voir pré­sen­ter mon sac et ma carte d’iden­ti­té. »

Sa­rah, 40 ans, est plus scep­tique. « Quand vous voyez la sur­fré­quen­ta­tion du mé­tro et des lignes de bus, je ne vois pas com­ment ces contrôles se­raient pos­sibles. Ça pren­drait beau­coup trop de temps. » A la di­rec­tion des TCL, on pré­cise ne pas avoir at­ten­du les at­ten­tats pour tra­vailler sur la sécurité. « Nous dis­po­sons dé­jà de 4 500 agents sur le ré­seau et nous avons si­gné un par­te­na­riat avec la po­lice na­tio­nale qui a mis en place un ser­vice dé­dié de près d’une cen­taine d’hommes », ex­plique San­dra Ber­nard, char­gée de la sécurité sur le ré­seau.

Elle pré­cise que les TCL dis­posent d’un maillage propre de 5 790 ca­mé­ras, re­liées au PC des trans­ports et à ce­lui de la po­lice. En tout, quelque 20 M€ ont dé­jà été in­ves­tis ces dix der­nières an­nées dans la vi­déo­sur­veillance. Sans comp­ter celle de la voie pu­blique. Elle dé­taille aus­si les « opé­ra­tions com­munes entre les agents TCL et la po­lice na­tio­nale » de vé­ri­fi­ca­tions d’iden­ti­té.

Dans l’ag­glo­mé­ra­tion lyon­naise, chaque bus est aus­si équi­pé d’un boî­tier de sécurité à ac­tion­ner en cas de pro­blème : l’ap­pel est trans- mis aux deux PC de sécurité, qui peuvent dé­pê­cher en quelques mi­nutes des équipes dans les bus géo­lo­ca­li­sés. « Au­jourd’hui, le ré­seau lyon­nais est dé­jà l’un des plus sé­cu­ri­sés de France », conclut San­dra Ber­nard. Se­rait-il en­vi­sa­geable d’al- ler plus loin ? Le maire PS, Gé­rard Collomb, ne s’est ja­mais as­so­cié à ce genre de de­mandes. Pen­dant des an­nées, il a même sys­té­ma­ti­que­ment re­fu­sé de ré­pondre aux sol­li­ci­ta­tions de sa po­lice mu­ni­ci­pale, qui ré­cla­mait d’être ar­mée. S’il a fi­ni par cé­der sans convic­tion ré­cem­ment, c’est à la suite des at­ten­tats de Pa­ris. « Les cir­cons­tances ont chan­gé, nous al­lons ar­mer pro­gres­si­ve­ment nos agents les plus ex­po­sés », consent-il dé­sor­mais.

Lyon (Rhône). Les bus sont équi­pés d’un boî­tier trans­met­tant un ap­pel aux deux PC de sécurité en cas de pro­blème. Une équipe in­ter­vient en­suite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.