Les mys­tères du couple ter­ro­riste

Les en­quê­teurs amé­ri­cains et les proches de Syed Fa­rook et Ta­sh­feen Ma­lik ne com­prennent tou­jours pas com­ment ces époux ont bas­cu­lé dans le ra­di­ca­lisme jus­qu’à mas­sa­crer 14 per­sonnes au nom du ji­had en Ca­li­for­nie.

Le Parisien (Paris) - - TERRORISME -

C’EST UN VASTE PUZZLE que s’at­tachent à re­cons­ti­tuer les en­quê­teurs amé­ri­cains, six jours après l’at­taque ter­ro­riste la plus meur­trière aux Etats-Unis de­puis les at­ten­tats du 11 sep­tembre 2001. Le plus grand mys­tère règne tou­jours sur les per­son­na­li­tés de Syed Ris­wan Fa­rook et de son épouse Ta­sh­feen Ma­lik, qui ont tué 14 per­sonnes et bles­sé 21 autres mer­cre­di lors d’une fu­sillade à San Ber­nar­di­no (Ca­li­for­nie). Com­ment ce couple, de 28 et 27 ans, s’est-il ra­di­ca­li­sé ? Qui a in­fluen­cé l’autre ? Ont-ils bé­né­fi­cié d’ap­puis ex­té­rieurs, no­tam­ment fi­nan­ciers ? Lo­ret­ta Lynch, pro­cu­reur en charge des in­ves­ti­ga­tions qui s’étendent jus­qu’au Pa­kis­tan et en Ara­bie saou­dite, parle vo­lon­tiers, pour les qua­li­fier, de « ma­ra­thon ». In­ter­ro­gés par di­vers mé­dias, les proches du couple, pa­rents d’une fillette de 6 mois, ont tous fait part de leur stu­pé­fac­tion. « Au­jourd’hui, j’ai le sen­ti­ment qu’il avait une double vie », a ain­si dé­cla­ré l’une des soeurs de Fa­rook.

(Reu­ters/HO et FBI via AP.)

Syed Fa­rook était dé­crit comme in­tro­ver­ti et très re­li­gieux. Sa femme, Ta­sh­feen Ma­lik, comme une bonne élève pra­ti­quant un is­lam très strict. In­ter­ro­gés par les mé­dias, leurs proches ont fait part de leur stu­pé­fac­tion quant à leur ra­di­ca­li­sa­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.