Le Blanc-Mes­nil piaffe dé­jà d’im­pa­tience

Coupe de France (32es de fi­nale).

Le Parisien (Paris) - - SPORTS -

LE BRAS DROIT le­vé sui­vi d’un « Yes ! » Le pré­sident du Blanc-Mes­nil (DH), Pas­cal Cho­mik (56 ans), a ju­bi­lé hier lorsque Jean-Pierre Pa­pin a ti­ré le FC Nantes comme ad­ver­saire pour les 32es de fi­nale de Coupe de France. « C’est ma­gique pour un club ama­teur comme le nôtre ! s’ex­clame le chef d’en­tre­prise dans le BTP. On es­pé­rait tom­ber sur Lo­rient car leur la­té­ral gauche in­ter­na­tio­nal por­tu­gais Ra­phaël Guer­rei­ro est né et a joué chez nous chez les jeunes mais on est quand même heu­reux d’af­fron­ter les Ca­na­ris. » A l’en­traî­ne­ment hier soir à l’heure du ti­rage au sort, le coach Alain Mbo­ma et les joueurs ont donc at­ten­du… 21 h 30 pour être mis au cou­rant. Le stade Jean-Bouin n’étant pas ho­mo­lo­gué, le club du 93 va de­voir trou­ver un ter­rain de re­pli pour pou­voir re­ce­voir le 11e de L 1. Le stade De­laune à Saint-De­nis est for­te­ment en­vi­sa­gé. « On va en dis­cu­ter avec la mai­rie, mais Bo­bi­gny (DH) avait af­fron­té Evian TG (en 32es de fi­nale) au stade De­laune l’an der­nier et ce­la s’était bien pas­sé », se rap­pelle Pas­cal Cho­mik.

Ac­tuel­le­ment 9e de son groupe en CFA (4e division), l’En­tente San­nois-Saint-Gra- tien était com­blée avec la ré­cep­tion de Tou­louse. « On avait dé­jà joué à Bor­deaux en 2006 (dé­faite 2-1 en 16es de fi­nale) mais ce se­ra la pre­mière fois de notre his­toire qu’on va re­ce­voir une équipe de Ligue 1 chez nous, dans notre stade (NDLR : Mi­chel-Hi­dal­go à Saint-Gra­tien, 8 000 places), sou­ligne le pré­sident, Ch­ris­tian Fou­ché. C’est une grande fier­té et une belle ré­com­pense. Ce n’est pas don­né à tout le monde. »

L’en­traî­neur Vincent Bor­dot qui avait pro­gram­mé une re­prise de l’en­traî­ne­ment pour le 29 ou 30 dé­cembre de­vra l’avan­cer de plu­sieurs jours. « Je vais de­man­der des conseils à des en­traî­neurs de Ligue 1 que je connais pour trou­ver la meilleure for­mule car il fau­dra qu’on soit prêts, ex­plique-t-il. Tou­louse n’est pas l’équipe la plus mé­dia­tique de Ligue 1, ça fait des an­nées qu’elle vé­gète plu­tôt en bas du clas­se­ment, mais pour les joueurs ça va être sym­pa. On va re­trou­ver Ben Yed­der qui est du Val-d’Oise. Moi, je me sou­viens d’avoir af­fron­té Etienne Di­dot quand j’étais au Mans, c’est un joueur qui m’a tou­jours plu. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.