Foot, vé­lo, rug­by, au plus près de l’ac­tion nElles

Le Parisien (Paris) - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - H.B. ET A.R.

réa­lisent les plus belles au­diences, gé­nèrent les plus gros re­ve­nus pu­bli­ci­taires. Les re­trans­mis­sions de grands évé­ne­ments spor­tifs sont donc les pro­grammes qui in­ves­tissent le plus dans les nou­velles tech­no­lo­gies. « Elles sont le mo­teur de l’in­no­va­tion à la té­lé­vi­sion », confirme Fran­cis Cloi­seau, di­rec­teur de la production de France Té­lé­vi­sions en charge des sports. Par­mi elles, le Tour de France peut sans au­cun doute s’ad­ju­ger la pre­mière place du po­dium. « En plus des hé­li­co­ptères et des avions qui nous épaulent de­puis des an­nées, nous uti­li­sons des drones de­puis deux ans, ex­plique Fran­cis Cloi­seau. Leurs images, en­re­gis­trées un mois avant la course dans chaque vil­leé­tape, ont été mixées au mo­ment du di­rect avec celles, aé­riennes, prises par hé­li­co­ptère. Le ré­sul­tat est stu­pé­fiant, comme à Bo­ni­fa­cio par exemple quand on donne l’im­pres­sion que l’hé­li­co pé­nètre dans un es­ca­lier très étroit don­nant sur la mer… alors que c’est un drone qui l’a fait quelques se­maines au­pa­ra­vant. » Le pro­chain dé­fi concerne l’im­mer­sion dans le pe­lo­ton. « Nous tra­vaillons pour ins­tal­ler des mi­ni­ca­mé­ras di­rec­te­ment sur les cadres des vé­los, pour­suit Fran­cis Cloi­seau. Il reste en­core quelques dé­tails à ré­gler, comme la qua­li­té des images, la du­rée de vie li­mi­tée des bat­te­ries. »

Tou­jours plus d’angles de vue

Lors de la Coupe du monde de football 2014, e-TF 1, la fi­liale di­gi­tale de la Une, of­frait au té­lé­spec­ta­teur d’al­ler voir ce qui se passe de plus près sur les pe­louses grâce à son or­di­na­teur, sa ta­blette ou même son smart­phone. « Lors­qu’on re­trans­met un match, on a une quin­zaine de ca­mé­ras po­si­tion­nées à dif­fé­rents en­droits du ter­rain, ex­plique Oli­vier Ou Ram­dane, di­rec­teur gé­né­ral ad­joint d’e-TF 1. Pour ob­te­nir le match tel qu’il est dif­fu­sé à la té­lé­vi­sion, le réa­li­sa­teur switche d’une ca­mé­ra à l’autre. C’est lui qui fait le choix. Or pour le Mon­dial, nous avions ré­cu­pé­ré le flux de 6 ca­mé­ras et l’uti­li­sa­teur connec­té sur Mytf1.fr pou­vait choi­sir de se bran­cher sur l’une ou l’autre. » Le dis­po­si­tif a plu : « Nous avons en­re­gis­tré 7 mil­lions d’uti­li­sa­tions de ces flux. » Fort de ce suc­cès, l’ex­pé­rience a été re­nou­ve­lée et af­fi­née lors de la Coupe du monde de rug­by il y a quelques se­maines. « Nous avons ré­cu­pé­ré les images de la ca­mé­ra poitrine de l’ar­bitre », se ré­jouit Oli­vier Ou Ram­dane. Au to­tal, 2 mil­lions de fans de rug­by ont joué le jeu en al­ter­nant entre cet angle de vue in­édit, au plus près de l’ac­tion, avec un autre, ce­lui of­fert par une ca­mé­ra tac­tique fil­mant le stade de des­sus. « Ce­la per­met­tait aux mor­dus de mieux com­prendre la tac­tique des équipes, en ayant ac­cès à une vue en­glo­bant toute la scène du jeu. »

Avant la ca­mé­ra à la poitrine, les ar­bitres de rug­by ont tes­té celle por­tée à la tête.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.