Chez eux, « la piaule » est à 25 € la nuit

Le Parisien (Paris) - - PARIS - Louis Ker­veillant, co­créa­teur des Piaules ÉRIC LE MI­TOUARD

AUX Piaules, la toute nou­velle au­berge de jeunesse « made in France », ou­verte jeu­di à Pa­ris, les lits ont été pen­sés sur me­sure. Même si ce sont des lits su­per­po­sés. Louis Ker­veillant, Mat­thieu Bé­gué et Da­mien Bör­jes­son, tous trois la tren­taine et an­ciens étu­diants d’une école de com­merce, ont bos­sé de­puis quatre ans sur leur pro­jet : mon­ter en plein bou­le­vard de Belleville (XIe), un hô­tel de 162 chambres, en lits doubles ou en dor­toirs de 4, 6 ou 8 places, de 25 € à 90 € la nuit et par per­sonne.

Les trois com­pères, globe-trot­teurs par pas­sion, ont pen­sé à tout : les prises pour les or­di­na­teurs, les veilleuses in­di­vi­duelles, les ri­deaux de lits, le confort des ma­te­las… « De­puis des an­nées, on a par­cou­ru le monde. On a dor­mi dans les au­berges de jeunesse en Is­lande (Kex Hos­tel), à Lis­bonne (In­de­pen­dente) ou à Mia­mi (Free Hand). On a pris les bonnes idées ici ou là et amé­lio­rer ce qui n’al­lait pas », ra­conte Mat­thieu. Le ré­sul­tat semble par­fait. Ils ont juste ou­blié de trou­ver les clients. Ou­verts de­puis cinq nuits, les trois amis d’en­fance ne comptent pour le mo­ment que… huit pen­sion­naires.

« On vient à peine de ter­mi­ner les tra­vaux qui avaient pris du re­tard. Ça y est, main­te­nant on est prêts. Et on es­père être com­plet dans un mois », lance Louis avec confiance. A voir la cu­rio­si­té des ha­bi­tués du quar­tier pour ce nou­veau phé­no­mène, on pour­rait lui faire confiance. A Belleville, au bar ta­bac d’en face, on parle de ce nou­veau ve­nu et ce bel im­meuble to­ta­le­ment ré­no­vé. Le pe­tit res­to Aux Ca­nailles, qui a ou­vert il y a un mois et de­mi, juge ce voi­si­nage « top ».

Et c’est vrai qu’à l’in­té­rieur, on se sent bien. Dès l’en­trée (sé­cu­ri­sée la nuit), on ar­rive par l’im­mense bar de 14 m de long. On y re­tire son passe et on y boit le ca­fé de la brû­le­rie de Belleville ou la bière d’Ober­kampf bap­ti­sée Bap­Bap pour « bras­sée à Pa­ris, bue à Pa­ris ». Tout se passe ici, dans le lob­by, les gens doivent pou­voir se ren­con­trer, pas­ser du temps, prendre leur pe­tit dé­jeu­ner (de 3 à 7 €) et même pro­fi­ter du coin jeux,

« On es­père être com­plet

dans un mois »

avec sa borne d’ar­cade et un pun­ching-ball de fête fo­raine qui doit ar­ri­ver dans les pro­chains jours…

Dans les étages, les dor­toirs ont une vaste salle de bains com­mune au bout du cou­loir, lu­mi­neuse et confor­table. Les chambres doubles ont leur salle de bains, de même que les chambres créées sur le toit avec une vue im­pre­nable sur Pa­ris.

Cette au­berge de jeunesse fait par­tie de la nou­velle vague des créa­tions pa­ri­siennes. « En 2011, quand on a lan­cé notre pro­jet, il y avait 4 000 lits. Il y en a 7 000 au­jourd’hui. Mais il y a un vrai po­ten­tiel de dé­ve­lop­pe­ment », es­time Louis. Après avoir in­ves­ti 8 M€ dans leur af­faire (avec les banques et des sub­ven­tions de la ré­gion), c’est bien un concept qu’ils veulent main­te­nant dé­ve­lop­per dans Pa­ris et à l’étran­ger. Les Piaules, 59, bou­le­vard de Belleville (XIe). Ré­ser­va­tion : les­piaules.com.

(LP/É.L.M.)

Bou­le­vard de Belleville (XIe), hier. Da­mien Bör­jes­son, Louis Ker­veillant, et Mat­thieu Bé­gué (ci-contre) ont tra­vaillé quatre ans sur leur pro­jet, qui a ou­vert jeu­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.