Le pu­blic ne com­prend pas Ra­biot

Le Parisien (Paris) - - SPORTS LIGUE DES CHAMPIONS - SYL­VIE DE MACEDO

APRÈS ses dé­cla­ra­tions di­manche dans « Téléfoot », Adrien Ra­biot était sous le feu des pro­jec­teurs, hier soir au Parc des Princes. En af­fir­mant avoir de­man­dé « au pré­sident de pou­voir être prê­té cet hi­ver [si son] temps de jeu ve­nait à bais­ser d’ici le mois de jan­vier », le jeune mi­lieu de ter­rain s’est mis une sa­crée pres­sion. Ses pro­pos ont éner­vé son en­traî­neur. Mais pas seule­ment. Le pu­blic éga­le­ment.

A l’énon­cé des com­po­si­tions des équipes, son nom a été sif­flé. Même pu­ni­tion lors des pre­mières mi­nutes du match lors­qu’il touche le bal­lon. « Ra­biot n’a pas res­pec­té son club. Il est bon mais il ne peut pas dic­ter sa loi comme ça. Et ce n’est pas la pre­mière fois. A chaque mer­ca­to, il de­mande à par­tir et, fi­na­le­ment, il pro­longe (NDLR : l’an der­nier). On n’y com­prend rien », s’agace An­tho­ny, 26 ans, ori­gi­naire de Sar­celles.

Sanc­tion­né par le club ?

« C’est très fran­çais comme at­ti­tude. En­tend-on Mar­quin­hos ou Lu­cas se plaindre de cette ma­nière ? Parce qu’il est un pro­duit du centre de for­ma­tion, il de­vrait jouer tous les matchs ? C’est in­sen­sé, s’em­porte Pa- trick, 53 ans, d’Evry. Qu’il com­mence dé­jà par se mon­trer ir­ré­pro­chable en de­hors et sur le ter­rain. » Hier soir, si Ra­biot n’a pas com­mis d’er­reur, il ne s’est pas non plus mon­tré aus­si à l’aise que lors de ses der­nières ap­pa­ri­tions. Il évo­luait certes à un poste qu’il n’a pas (ou très ponc­tuel­le­ment) oc­cu­pé cette sai­son, ce­lui de sen­ti­nelle, et dans un mi­lieu ex­pé­ri­men­tal. Mais il n’a pas vrai­ment pe­sé dans le match ni orien­té le jeu de son équipe. Si ce n’est cette frappe qui passe à cô­té (54e).

Et main­te­nant ? « Il n’au­rait pas dû par­ler ain­si. Mais il ne faut pas non plus lui tom­ber des­sus, de­mande Li­liane, 38 ans, de Pa­ris. Dans le pas­sé, le PSG n’a pas don­né as­sez sa chance à ses jeunes. Il ne fau­drait pas qu’il parte comme l’a fait Co­man. Il faut prendre soin de nos pé­pites. » La di­rec­tion du PSG ne l’en­tend pas de cette oreille. Elle a pré­vu de re­ca­drer son joueur pour ses pro­pos et peut-être de le sanc­tion­ner (spor­ti­ve­ment et/ou fi­nan­ciè­re­ment) pour avoir ac­cor­dé cette in­ter­view sans l’au­to­ri­sa­tion du club. Le tout en es­pé­rant qu’il change en­fin d’état d’es­prit. Les me­na­cés pré­ser­vés. Deux joueurs pou­vaient man­quer les 8es de fi­nale en cas de nou­vel aver­tis­se­ment hier. Mais ni Mar­co Ver­rat­ti ni Serge Au­rier n’étaient sur la feuille de match. Sauf bles­sure, ils ver­ront la suite de la com­pé­ti­tion. Ça passe pour les jeunes. Le PSG s’est qua­li­fié pour les 8es de fi­nale de la Youth League, la Ligue des cham­pions des moins de 19 ans, en s’im­po­sant fa­ci­le­ment 5-2 face au Sha­kh­tar Do­netsk hier. Les Pa­ri­siens ter­minent pre­miers de leur groupe. Les re­grets de Blanc. En confé­rence de presse hier, Blanc est re­ve­nu sur la dé­faite à Ma­drid, la seule de la sai­son pour l’ins­tant. « Même si le but en­cais­sé est frus­trant, vu le match que l’on a fait, le pro­blème, c’est de ne pas avoir mar­qué. On a pris un but, après une er­reur de Trapp, mais si on avait mar­qué, on au­rait fait 1-1 et ce­la au­rait suf­fi pour fi­nir pre­miers. J’es­père main­te­nant qu’on ne le re­gret­te­ra pas au ti­rage au sort. »

le­pa­ri­sien.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.