Sus­pense en Ile-de-France

Se­lon le son­dage Odoxa réa­li­sé pour notre jour­nal et BFMTV, Claude Bar­to­lone et Va­lé­rie Pé­cresse vont se re­trou­ver au coude-à-coude di­manche pour la conquête de la ré­gion.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - HEN­RI VER­NET

ca­pi­tale, le match s’an­nonce très, très ser­ré di­manche. Le son­dage ex­clu­sif Odoxa pour BFMTV et notre jour­nal donne la can­di­date des Ré­pu­bli­cains, Va­lé­rie Pé­cresse, en avance d’une courte tête sur le so­cia­liste Claude Bar­to­lone, à 42 % contre 40 %. Mais cet écart de 2 points est dans la marge d’er­reur des son­dages — de 3 points en plus ou en moins du chiffre af­fi­ché. Tra­duc­tion : l’ordre d’ar­ri­vée à l’is­sue du se­cond tour des ré­gio­nales pour­rait très bien être l’in­verse !

La gauche conser­ve­rait alors ce fief qu’elle dé­tient de­puis dix-sept ans. Seule cer­ti­tude, le can­di­dat fron­tiste Wal­le­rand de Saint Just, ar­ri­vé troi­sième di­manche der­nier et lar­ge­ment dis­tan­cé dans notre en­quête (18 %), est hors jeu.

Dans la ré­gion meur­trie par les at­ten­tats du 13 no­vembre, « le FN de­vrait réa­li­ser une de ses plus faibles per­for­mances au plan na­tio­nal, sou­ligne Gaël Sli­man, di­rec­teur d’Odoxa. Ce­la s’ex­plique par la forte mo­bi­li­sa­tion des élec­teurs de Pa­ris, plus hos­tiles que ceux de ban­lieue au par­ti d’ex­trême droite ».

La Seine-Saint-De­nis, ter­rain de conquête pour Bar­to­lone

Pour la droite de Ni­co­las Sar­ko­zy, qui n’a plus guère d’es­poir de réus­sir le « grand che­lem » dont elle rê­vait il y a en­core quelques se­maines, la prise de l’Ile-de-France se­rait plus qu’une conso­la­tion.

Afin d’y par­ve­nir, Va­lé­rie Pé­cresse, qui n’a do­mi­né son ri­val PS que de 5 points au pre­mier tour, de­vra mo­bi­li­ser les abs­ten­tion­nistes (un tiers se­raient dis­po­sés à al­ler vo­ter, mais ils se ré­par­tissent à éga­li­té entre LR et PS, se­lon Odoxa), ré­cu­pé­rer les élec­teurs du sou­ve­rai­niste Du­pontAi­gnan (6,6 % au pre­mier tour, par- mi les­quels 44 % se re­por­te­ront sur la can­di­date LR, se­lon l’en­quête) et… mordre sur l’élec­to­rat fron­tiste.

« Elle flirte dé­jà avec les thèmes d’ex­trême droite en lais­sant en­tendre que la ré­gion fi­nance des as­so­cia­tions is­la­mistes ou en sug­gé­rant que frau­der dans le mé­tro est le pre­mier pas vers le ter­ro­risme », ac­cuse Fran­çois Kal­fon, lieu­te­nant de Bar­to­lone.

Pour ce der­nier, tout re­pose sur des bons re­ports de voix de gauche. Si l’on ad­di­tionne les scores réa­li­sés di­manche par la verte Em­ma­nuelle Cosse (8 %), le com­mu­niste Pierre Laurent (6,6 %) et même la trots­kiste Na­tha­lie Ar­thaud (LO, 1,4 %), le cham­pion de la gauche at­teint 41 %. « Pour l’ins­tant, les deux tiers de ces élec­teurs sont prêts à vo­ter Bar­to­lone, ce qui reste in­suf­fi­sant pour battre Pé­cresse », constate le son­deur Odoxa.

Autre ter­rain de conquête in­dis­pen­sable pour lui : la ban­lieue et sur­tout son propre fief de Seine-SaintDe­nis, mar­qué par une abs­ten­tion re­cord (63,1 %) ! « Nor­mal, tacle Geof­froy Di­dier, porte-pa­role de Pé­cresse. Bar­to­lone, c’est la gauche Ta­pie, lam­bris et pa­villon de chasse en So­logne. Fas­ci­né par les mil­liar­daires, ce so­cia­lisme-là a tra­hi le peuple. » La cam­pagne fran­ci­lienne s’achève comme elle a com­men­cé : bien cash.

@Hen­riVERNET

42 %

40 %

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.