Del­phine fait ga­gner du « rab de ré­cré »

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - V.MD

À SA CLASSE de CM 1-CM 2 à Sou­vi­gny-en-So­logne (Loir-et-Cher), Del­phine Gui­chard dis­tri­bue des « jo­kers col­lec­tifs ». Les élèves y ont droit quand un étour­di fait en­fin zé­ro faute, quand son ca­ma­rade maî­trise sa table de 9 ou quand l’au­di­toire, dans son en­semble, s’est mon­tré par­ti­cu­liè­re­ment at­ten­tif.

Au bout d’un cer­tain nombre de jo­kers, ils bé­né­fi­cient de cinq mi­nutes de « rab de ré­cré », d’un soir sans le­çons, d’un pe­tit dé­jeu­ner of­fert par la mai­son, d’un après-mi­di jeux de so­cié­té et autres pe­tits pri­vi­lèges.

« A chaque fois qu’un élé­ment réus­sit, ça pro­fite à tout le monde », s’en­thou­siasme l’in­ven­trice de ce sys­tème « co­opé­ra­tif » qui dope « l’en­traide ». Sans être fon­da­men­ta­le­ment contre la gra­ti­fi­ca­tion in­di­vi­duelle qu’elle a tes­tée par le pas­sé à tra­vers des « cartes de cham­pionde co­pie », elle pri­vi­lé­gie dé­sor­mais la po­li­tique de la ca­rotte col­lec­tive. « Pour évi­ter que les en­fants se com­parent et ne soient dans la com­pé­ti­tion », ar­gu­mente-t-elle.

Son blog (www.cha­ri­va­ria­le­cole.fr), très in­fluent au­près de la com­mu­nau­té édu­ca­tive avec une moyenne de 15 000 vi­si­teurs quo­ti­diens, ins­pire de nom­breux col­lègues. Elle a re­pé­ré dans le rè­gle­ment of­fi­ciel des écoles un nou­veau ton en­cou­ra­geant la bien­veillance.

« Pen­dant plu­sieurs dé­cen­nies, on n’a plus don­né de bons points dans notre pays, c’était conno­té vieille école, très mal vu par les for­ma­teurs es­ti­mant qu’il faut tra­vailler pour le plai­sir de pro­gres­ser, pas pour ga­gner une image. En France, on a long­temps été plus à l’aise pour dire que c’est mal, on est fri­leux pour re­con­naître que c’est bien. Mais sur ce point, on com­mence à être in­fluen­cés par les An­glo-Saxons qui sont da­van­tage dans la louange, dans l’en­cou­ra­ge­ment, dans le well done », dé­crypte celle qui est aus­si la di­rec­trice de son école.

Ces « primes » à pro­fu­sion on­telles un im­pact sur les résultats, sur le ni­veau ? « C’est dur à me­su­rer. Ce que je re­père, en tout cas, c’est que les élèves s’ap­pliquent. Tous les sys­tèmes de ré­com­pense sont des coups de pouce à la mo­ti­va­tion et à la concen­tra­tion », ap­plau­dit-elle.

« Des coups de pouce

à la mo­ti­va­tion et à la concen­tra­tion »

(LP/Oli­vier Cor­san.)

Del­phine Gui­chard pri­vi­lé­gie les récompenses col­lec­tives.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.