Un gros trou dans la ca­gnotte des so­cia­listes

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE - Un membre du bu­reau na­tio­nal du PS PHI­LIPPE MARTINAT

VOI­LÀ UNE QUES­TION qui, en ce mo­ment, a le don de hé­ris­ser le poil des res­pon­sables so­cia­listes : quelle se­ra pour le PS la perte fi­nan­cière dé­cou­lant du re­trait de ses listes en Paca et dans le Nord, ce qui va ra­me­ner à zé­ro le nombre de ses conseillers ré­gio­naux dans ces ter­ri­toires ? « C’est le ca­det de mes sou­cis, la gauche et le pays ont d’autres pro­blèmes! On ne prend pas nos dé­ci­sions stra­té­giques par rap­port à ces pa­ra­mètres-là. On re­gar­de­ra ça tran­quille­ment après coup », ré­torque Ch­ris­tophe Bor­gel, char­gé des élec­tions au PS.

Mais d’autres so­cia­listes ont sor­ti dis­crè­te­ment la ma­chine à cal­cu­ler. Au to­tal, sur les deux ré­gions, ce sont 89 conseillers PS qui dis­pa­raissent. Ce­la re­pré­sente plus de 200 000 € d’in­dem­ni­tés en moins chaque an­née.

Du fait de leur dis­pa­ri­tion pure et simple des conseils ré­gio­naux concer­nés, les so­cia­listes vont en outre perdre leur groupe et les al­lo­ca­tions de fonc­tion­ne­ment qui leur étaient ac­cor­dées. Soit en­vi­ron 410 000 € par an pour le groupe PS en Paca, qui de­vra donc, comme dans le Nord, li­cen­cier ou ten­ter de re­ca­ser ailleurs ses col­la­bo­ra­teurs. Par­mi eux, cer­tains sont aus­si des fonc­tion­naires en dis­po­ni­bi­li­té, et ils pour­ront ré­in­té­grer la fonc­tion pu­blique.

Mais ce sont sur­tout les fé­dé­ra­tions dé­par­te­men­tales du PS qui vont souf­frir. En ef­fet les élus lo­caux (mu­ni­ci­paux, dé­par­te­men­taux et ré­gio­naux) leur re­versent en gé­né­ral 10 % de leurs in­dem­ni­tés. « L’ef­fet cu­mu­lé de nos échecs suc­ces­sifs aux mu­ni­ci­pales, aux dé­par­te­men­tales et peut-être main­te­nant aux ré­gio­nales, pour­rait se tra­duire par une baisse de 30 à 40 % des res­sources fi­nan­cières de cer­taines fé­dé­ra­tions », in­dique un élu. « Dans les Bouches-du-Rhône ce­la ne de­vrait pas chan­ger grand-chose pour nous, mais le pro­blème est très ai­gu dans le Var et dans les Alpes-Ma­ri­times, où nous n’avons pra­ti­que­ment plus de mai­ries ni de conseillers ter­ri­to­riaux », ex­plique un res­pon­sable so­cia­liste mar­seillais.

« Nous avons dé­jà mis en place de­puis des mois des plans d’adap­ta­tion qui se tra­duisent par des fer­me­tures de lo­caux, des per­ma­nents en moins et des ré­duc­tions de tracts, ex­plique un membre du bu­reau na­tio­nal. L’ef­fet per­vers, c’est que là où on au­rait be­soin de moyens pour re­par­tir en conquête on est obli­gés de ré­duire for­te­ment notre ac­ti­vi­té po­li­tique. Soit il y a une aide spé­ci­fique ve­nant du na­tio­nal, soit on va créer un dé­sert po­li­tique et mi­li­tant. »

Seule conso­la­tion pour le PS : ses fi­nances na­tio­nales, elles, sont saines. « C’est le tré­so­rier de LR qui doit se faire des che­veux blancs avec ses 60 mil­lions de dettes… Nous, nous n’en avons pas », clai­ronne-t-on Rue de Sol­fe­ri­no.

« Soit il y a une aide spé­ci­fique ve­nant du na­tio­nal, soit on va créer un dé­sert po­li­tique

et mi­li­tant »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.