N

Le Parisien (Paris) - - TERRORISME -

C’est au ré­veil, et « par les mé­dias », que Saïd Mo­ha­medAg­gad a ap­pris hier ma­tin que son fils ca­det, Foued, était le troi­sième ter­ro­riste du Ba­ta­clan. Au fil des der­niers mois, ce père de famille s’était ré­so­lu à l’iné­luc­table. « Nous nous étions par­lé sur Skype pen­dant l’été, se re­mé­more Saïd. Mais conser­ver des liens n’était plus pos­sible. Ils lui avaient la­vé le cer­veau. En face de moi, j’avais l’im­pres­sion d’avoir une autre per­sonne que mon fils. Ça ne ser­vait plus à rien. » Sur sa vie au sein de Daech, Foued était peu di­sert. « Il me di­sait juste que tout al­lait bien et n’ar­rê­tait pas de par­ler de ji­had. » Alors, Saïd Mo­ha­medAg­gad s’at­ten­dait à ap­prendre un jour la tra­gique nou­velle. « De­puis 2013, ça ne ces­sait de me tour­men­ter. Je crai­gnais qu’il ne meure sous un bom­bar­de­ment, ou à la guerre. » Mais

VI­DÉO

Le té­moi­gnage du père

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.