On rase tout chez Scal­pe­tou

Le Parisien (Paris) - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - HÉ­LÈNE BRY

AVEC UN NOM PA­REIL, pas éton­nant que le sa­lon de coif­fure Scal­pe­tou, à Rois­sy-en-Brie (Sei­neet-Marne), ait fait les choux gras de l’émis­sion « Cau­che­mar chez le coif­feur ». Ce soir à 20 h 55, M 6 dif­fuse le deuxième nu­mé­ro de sa té­lé­réa­li­té qui dé­frise, où la coif­feuse des stars Sa­rah Guet­ta, ar­mée de son franc-par­ler, part re­mettre sur les rails des sa­lons de coif­fure en dif­fi­cul­té. Mais il faut bien l’avouer, ce soir chez Scal­pe­tou, si on pense sou­vent à « Cau­che­mar en cui­sine », on est plu­tôt dans la ver­sion Gor­don Ram­say (an­glaise, sa­lée) que Phi­lippe Et­che­best (fran­çaise, plus soft). Sa­rah va pas mal ruer dans les bran­cards — et dans les mèches mul­ti­co­lores ou les tein­tures in­vrai­sem­blables — de Na­di­na, coif­feuse de­puis qua­rante ans et pa­tronne de Scal­pe­tou.

Le ré­sul­tat est plu­tôt fort de ca­fé, avec des scènes où le fort po­ten­tiel té­lé­gé­nique de Sa­rah Guet­ta et ses « Alors ça, c’est no way ! », lors­qu’elle dé­couvre des ci­seaux non dés­in­fec­tés ou des touffes de che­veux sur les brosses, s’expriment plei­ne­ment.

Choi­si par­mi 2 000 sa­lons

Da­vid War­ren, di­rec­teur de pro­grammes chez Stu­dio 89, ré­pond que « si Scal­pe­tou a été choi­si, par­mi en­vi­ron 2 000 sa­lons can­di­dats, c’est parce qu’on consi­dère jus­te­ment qu’il y a un po­ten­tiel, un sa­voir-faire de la coif­feuse et de ses deux jeunes em­ployées ». Il ajoute qu’avant de dé­ci­der de tour­ner dans un sa­lon, la production et son par­te­naire passent au peigne fin sa si­tua­tion fi­nan­cière et ne gardent que ceux qu’ils es­timent ca­pables de fai- re pro­gres­ser leur chiffre d’af­faires.

En at­ten­dant, du cô­té de chez Scal­pe­tou en Seine-et-Marne, Na­dine la pa­tronne, que nous avons jointe, at­tend de voir à l’écran « à quelle sauce je vais être as­sai­son­née ». Mais la coif­feuse reste prag­ma­tique. « C’est vrai que cer­tains clients s’étonnent de ma par­ti­ci­pa­tion à cette émis­sion, car la té­lé­réa­li­té, ce n’est pas trop mon truc. Mais l’émis­sion m’a per­mis de re­faire mon sa­lon. Et de­puis les tra­vaux en juin, ce­la m’a dé­jà ame­né une ving­taine de nou­veaux clients. » L’émis­sion, avec le par­te­naire L’Oréal, fi­nance en ef­fet le « re­loo­king » des sa­lons de coif­fure qui jouent le jeu. Et les deux em­ployées de Na­dine, Ju­lie et Fan­ny, bé­né­fi­cient au pas­sage de for­ma­tions pro­fes­sion­nelles au sein du groupe de cos­mé­tique fran­çais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.