La ba­taille de la mar­ga­rine sur­taxée contre le beurre n

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - B.L. ET B.C.

Dans un pays où le beurre est roi, la mar­ga­rine se sent par­fois mal ai­mée. « De­puis 1961, contrai­re­ment aux autres pays eu­ro­péens, la mar­ga­rine su­bit en France un taux dis­cri­mi­na­toire de TVA à 20 % alors que le beurre, lui, n’est taxé qu’à 5,5 % », dé­plore, amère, une porte-pa­role du lea­deur mon­dial Uni­le­ver, pro­prié­taire de la marque Frui­dor. « C’est comme pour la taxe tam­pon, ce­la prouve bien que les taux de TVA sont par­fois des absurdités lé­gis­la­tives qui n’ont au­cune va­leur so­ciale et éco­no­mique. Ils sont juste le re­flet du lob­bying des uns et des autres », pour­suit la porte-pa­role. A l’époque, au dé­but des an­nées 1960, « les pou­voirs pu­blics avaient jus­ti­fié la pé­na­li­sa­tion de la mar­ga­rine par la né­ces­si­té de dé­ga­ger des fonds sup­plé­men­taires pour fi­nan­cer l’ac­tion de l’Etat », rap­pelle Me Ca­the­rine Tau­rand, avo­cate. Or se­lon les ar­gu­ments d’Uni­le­ver, la mar­ga­rine, fa­bri­quée à par­tir de graisse vé­gé­tale, est un pro­duit « po­pu­laire, fa­mi­lial et bon mar­ché » qui de­vrait lé­gi­ti­me­ment être taxé au même ni­veau que le beurre. Sauf que le beurre, lui, pro­vient du lait… un pro­duit cher à l’in­dus­trie lai­tière fran­çaise. « C’est vrai­ment in­juste », conclut Uni­le­ver qui cite à l’ap­pui un rap­port de l’Igas (Ins­pec­tion gé­né­rale des af­faires so­ciales). En 2008, au nom de la lutte contre l’obé­si­té, l’Igas avait en ef­fet re­com­man­dé de ré­éva­luer la taxa­tion des ali­ments ju­gés « trop gras, trop su­crés ou trop sa­lés » dont font no­tam­ment par­tie la char­cu­te­rie, la mayon­naise, les chips ou en­core… le beurre. Mais ce rap­port n’a ja­mais été sui­vi d’ef­fets. En 2011, l’As­so­cia­tion des producteurs de mar­ga­rine, dont fait par­tie Uni­le­ver, a donc lan­cé une nou­velle of­fen­sive en dé­po­sant une ques­tion prio­ri­taire de consti­tu­tion­na­li­té (QPC). Echec et mat. Dans sa dé­ci­sion, le Con­seil consti­tu­tion­nel a no­tam­ment ex­pli­qué « en­tendre fa­vo­ri­ser la production et la vente de beurre ». Une dé­ci­sion au goût bien amer pour les géants de la mar­ga­rine.

) le. ieil lav pe ilip Ph / LP (

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.