Thi­riez ré­pond aux at­taques de Le Graët

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - R.F.

NOËL LE GRAËT, le pré­sident de la FFF, s’est ex­pri­mé hier avec une rare vé­hé­mence à l’en­contre de Fré­dé­ric Thi­riez, le pa­tron de la Ligue de football pro­fes­sion­nel qui avait mer­cre­di ap­pe­lé à la fer­me­té face aux af­faires se­couant les Bleus. « Je pré­tends que 100 % des jour­na­listes consi­dèrent que Thi­riez n’y connaît rien en football. Et je ne dis­cute qu’avec ceux qui connaissent le bal­lon », a ex­pli­qué Le Graët, in­ter­ro­gé au su­jet de son ho­mo­logue de la Ligue.

Ce der­nier n’a pas man­qué de ré­agir par un com­mu­ni­qué trans­mis au « Pa­ri­sien » - « Au­jourd’hui en France ». « Je trouve dom­mage que le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de football, qui en­tend plai­der à juste titre pour l’exem­pla­ri­té, le res­pect et les va­leurs, uti­lise à mon égard pour seul ar­gu­ment l’in­sulte, in­siste-t-il. Ce­la ne vaut pas la peine de s’y at­tar­der da­van­tage. » Mer­cre­di soir, à quelques heures de la prise de po­si­tion de la FFF et de son pré­sident dans le cadre de l’af­faire de la sex-tape, Fré­dé­ric Thi­riez avait écrit une tri­bune sur le site du Fi­ga­ro.

« Por­ter le maillot bleu n’est pas quelque chose d’or­di­naire. L’exem­pla­ri­té, si l’on veut re­con­qué­rir les coeurs, doit l’em­por­ter même sur la per­for­mance. La seule ré­ponse conve­nable est la fer­me­té, même si elle peut pa­raître sé­vère, voire in­juste. L’équipe de France, de­puis dix ans, est ré­gu­liè­re­ment se­couée par des af­faires qui nour­rissent un désa­mour crois­sant de nos com­pa­triotes pour ceux qui dé­fendent nos cou­leurs. Stop ! »

Noël Le Graët, le pré­sident de la FFF (à dr.), a pro­fi­té de cette confé­rence de presse pour égra­ti­gner son ho­mo­logue de la Ligue, Fré­dé­ric Thi­riez.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.