Ils nous ra­content Rous­sey

Ligue 2.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - Laurent Pa­ga­nel­li, an­cien co­équi­pier à Saint-Etienne STÉ­PHANE BIAN­CHI

IL EST RE­PAR­TI comme il était ar­ri­vé, dis­crè­te­ment. Après les ra­pides pré­sen­ta­tions d’usage et trois quarts d’heure à suivre l’en­traî­ne­ment dans la tri­bune de l’an­nexe du stade Du­vau­chelle, c’est donc sur la pointe des pieds que Laurent Rous­sey (53 ans), nom­mé mer­cre­di, a pris ses fonc­tions d’en­traî­neur à Cré­teil. « Pour que le staff se sente à l’aise afin de pré­pa­rer le dé­pla­ce­ment à Ajac­cio, as­sure-t-il. On ver­ra plus tard pour les grands dis­cours, au­jourd’hui la prio­ri­té, c’est le match de ven­dre­di soir. »

Dé­jà plon­gés dans le ren­dez-vous corse, les joueurs n’ont donc presque rien ap­pris, hier, de ce­lui qui s’est vu confier la mis­sion re­dres­se­ment. Cer­tains ont bien en­ten­du par­lé de ses états de ser­vice en tant que joueur. De ce re­cord de plus jeune bu­teur de Ligue 1 (16 ans, 5 mois et 27 jours avec Saint-Etienne) qu’il dé­tient en­core.

Mais nul n’a vrai­ment conscience, comme l’as­sure son ami Laurent Pa­ga­nel­li, « que Laurent, c’était vrai­ment du lourd, un mec qui, sans cette opé­ra­tion qui lui a bou­sillé le ge­nou, se­rait de­ve­nu l’un des meilleurs at­ta­quants du monde. » Les rares ren­sei­gne­ments que les plus cu­rieux ont gla­nés sont donc sor­tis de l’autre bout du cou­loir, dans la salle de ki­né­si­thé­ra­pie, où son frère Oli­vier of­fi­cie de­puis des lustres. L’aî­né as­sure que « Cré­teil a fait l’af­faire du siècle en le re­cru­tant. »

Ceux qu’il a eus sous ses ordres ne ta­rissent d’ailleurs pas d’éloges. « C’est simple, j’ai réa­li­sé la meilleure sai­son de ma car­rière à ses cô­tés (2007-2008), glisse l’an­cien Sté­pha­nois Geof­frey Der­nis. Laurent est quel­qu’un de sé­rieux, de pro­fes­sion­nel, qui sait où il veut al­ler. C’est quand même le coach qui a ra­me­né Saint-Etienne en Coupe d’Eu­rope (UEFA) après vingt­six ans d’at­tente. Il aime le jeu, sait gueu­ler quand il le faut, mais a tou­jours ce cô­té hu­main. Si vous êtes ré­glo, il le se­ra avec vous ! Et sur­tout, il s’at­tache vrai­ment à la pro­gres­sion des joueurs. C’est lui qui a per­mis à Ba­fé Go­mis d’at­teindre ce ni­veau, lui aus­si qui a re­mis Pas­cal Fein­dou­no sur le bon che­min… » « Pour moi, c’est un coach exem­plaire, as­sure même le Gui­néen, en ré­fé­rence à son re­pla­ce­ment réus­si en sou­tien de Go­mis dans le Fo­rez. Il est un peu un pa­pa pour ses joueurs, tou­jours à l’écoute. Son seul dé­faut — car il en faut bien un — c’est qu’il est par­fois sur la ré­serve. Je suis sûr que s’il s’était mis plus en avant, on au­rait bien plus en­ten­du par­ler de lui. »

En dé­pit de cette dis­cré­tion, Rous­sey se­rait tou­te­fois un homme de ca­rac­tère. « Quand il est pas­sé la pre­mière fois par Cré­teil, c’était com­pli­qué d’être seul maître à bord, ra­conte ain­si l’an­cien at­ta­quant Sé­bas­tien Dallet, en ré­fé­rence aux que­relles in­tes­tines qui ani­maient le club alors pi­lo­té par Alain Af­fle­lou. Mais je me sou­viens que Laurent avait ses convic­tions et qu’il s’y te­nait. Ce se­ra sans doute plus simple au­jourd’hui pour lui de faire pas­ser ses idées. »

« Laurent dé­note vrai­ment dans le mi­lieu, ajoute Pa­ga­nel­li. Il a gar­dé ses bles­sures vi­sibles de foot­bal­leur, mais n’a rien per­du de la pas­sion du jeu et des joueurs. Sa marque de fa­brique, c’est de s’in­té­res­ser aux mecs et de les im­pli­quer dans le pro­jet. S’il tombe sur des joueurs ré­cep­tifs et aus­si dé­ci­dés que lui, ça peut fonc­tion­ner vite et bien. En­fin, la der­nière fois que je l’ai quit­té, il était comme ça. S’il n’a pas eu Alz­hei­mer entre-temps, ça va le faire… »

TWIT­TER

le­pa­ri­sien.fr Sui­vez en di­rect les matchs sur notre compte @Pa­ri­sienS­po_IDF Ce soir (20 heures), stade Fran­çoisCo­ty. Ar­bitre : M. Rouin­sard. AC Ajac­cio : Scribe - Diallo, Cis­sé, Zié Dia­bate (ou Ba­bi­lo­ni), Lip­pi­ni - Aber­gel, Mar­chet­ti , Ca­val­li (cap.), Vi­de­mont - Pa­nyu­kov, Ma­dri (ou Nou­ri). En­tr. : Pan­ta­lo­ni. Cré­teil : Ker­bo­riou - Ma­hon de Mo­na­ghan, Hé­relle, Diédhiou, Ilun­ga (cap.) - La­fon, Mon­ta­roup, Da­bo, Mol­let, Au­gus­to (ou Le­sage) - An­driat­si­ma. En­tr. : De Per­cin. Ce soir, 20 heures ( Mul­ti­plex BeIN Sports 2) Auxerre - So­chaux PA­RIS FC - Lens AC Ajac­cio - CRÉ­TEIL Nîmes - Le Havre Bourg-en-Bresse - RED STAR Niort - Tours Cler­mont - La­val Évian TG - Brest De­main, 14 heures ( BeIN Sports 1) Metz - Di­jon Lun­di, 20 h 30 ( Eu­ro­sport 2) Nan­cy - Va­len­ciennes

Ba­ra­chet (3 buts), Gun­nars­son (2), Aba­lo (2), Hansen (5, dont 2 pén.), Nar­cisse (4, dont 1 pén.), Onu­friyen­ko (2), Hon­ru­bia (3), N. Ka­ra­ba­tic (3). Ser­da­ru­sic.

Cham­bé­ry - Aix 31-28 ; TREM­BLAY - Nîmes 28-37 ; Ces­son-Rennes - Tou­louse 28-28 ; Dun­kerque - Saint-Ra­phaël 25-27 ; Chartres - CRÉ­TEIL 28-28 ; Mont­pel­lier - IVRY 31-23.

PSG, 22 pts ; SaintRa­phaël, 18 ; Mont­pel­lier, 17 ; Nîmes, 16 ;

Cham­bé­ry, 16 ; CRÉ­TEIL, 15 ; Ces­sonR., 15 ; Nantes, 13 ; Dun­kerque, 12 ; Tou­louse, 11 ; Aix, 11 ; IVRY, 8 ; TREM­BLAY, 4 ; Chartres, 2.

« Laurent dé­note vrai­ment

dans le mi­lieu »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.