ND’ha­bi­tude,

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - GWE­NAËL BOUR­DON

as­sure-t-il, Ché­ri­guène va vo­ter. Mais di­manche der­nier, cet an­cien ou­vrier de PSA Aul­nay a dé­li­bé­ré­ment bou­dé l’iso­loir. Le coeur à gauche, ce qua­dra­gé­naire au re­gard las vou­lait ex­pri­mer sa dé­cep­tion à l’égard du PS. « Je suis dé­çu parce qu’ils n’ont rien fait pour em­pê­cher la fer­me­ture de l’usine (NDLR : en 2013). Claude Bar­to­lone était ve­nu nous voir avant l’élec­tion de Hol­lande. Après, on ne l’a ja­mais re­vu. » Si l’amer­tume est grande, c’est que ce père de trois en­fants, qui ha­bite Se­vran (Sei­neSaint-De­nis), n’a connu que le chô­mage de­puis deux ans et vi­vote au­jourd’hui avec une al­lo­ca­tion de so­li­da­ri­té de 500 €. C’est fi­na­le­ment le score du Front na­tio­nal qui l’a convain­cu d’al­ler mettre un bul­le­tin dans l’urne au se­cond tour. « Sans ça, je n’y se­rais pas al­lé. Mais là, j’ai peur pour l’ave­nir de mes en­fants. Je ne veux pas lais­ser pas­ser le FN. Les gens ne savent pas ce que c’est l’ex­trême droite. Si Ma­rine Le Pen passe, elle s’en pren­dra aux aides pour les gens comme nous. » Sans grande convic­tion, mais avec le sen­ti­ment de ne pas pou­voir faire au­tre­ment, Ché­ri­guène ira donc vo­ter, pour faire bar­rage « à un par­ti qui me rap­pelle la Se­conde Guerre mon­diale », dit-il. « L’éco­no­mie ne va dé­jà pas très bien en France, mais avec le FN, ce se­rait pire. Les autres par­tis n’ont pas réus­si à créer de l’emploi, com­ment croire que ce­lui-ci y ar­ri­ve­rait, en fer­mant les fron­tières et en fai­sant fuir les pa­trons ? »

(LP/Gwe­nael Bour­don.)

Bo­bi­gny (Seine-Saint-De­nis), mar­di. Ché­ri­guène fait par­tie des 200 an­ciens de PSA Aul­nay qui ont sai­si les prud’hommes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.