On n’a ja­mais au­tant

Tout le monde s’at­ten­dait à une stag­na­tion des achats en ligne pour les fêtes. Ils sont, en fait, en hausse. Sans doute un ef­fet post-at­ten­tats.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - Fré­dé­ric Du­val, pré­sident d’Ama­zon France FLO­RENCE MÉRÉO

PLUS QUINZE POUR CENT pour Cdis­count, + 15 % pour Pri­ceMi­nis­ter, + 20 % pour Bran­dal­ley… Les pre­miers chiffres des ventes de Noël col­lec­tés au­près des en­seignes du com­merce en ligne montrent que le traî­neau du Père Noël em­prun­te­ra plus que ja­mais cette an­née les che­mins d’In­ter­net. Une voie qui n’était pour­tant pas tra­cée d’avance. Se­lon la très sé­rieuse étude De­loitte sur les in­ten­tions d’achat des Fran­çais réa­li­sée en oc­tobre, le poids des courses sur la Toile au­rait même dû être en lé­ger re­cul, à 32 % contre 33 % en 2014. Mais voi­là, les at­ten­tats du 13 no­vembre sont pas­sés par là. Et comme Ar­thur (lire page 9), cer­tains clients ha­bi­tués des bou­tiques les ont cette fois-ci bou­dées au pro­fit d’un écran d’or­di­na­teur (e-com­merce) ou d’un mo­bile (m-com­merce).

« L’in­dice le plus mar­quant de ce re­port des clients sur In­ter­net a été nos chiffres du der­nier sa­me­di de no­vembre, dé­crypte Sé­bas­tien Ro­blès, di­rec­teur mar­ke­ting de Bran­dal­ley, site de vê­te­ments en ligne. Nous avons ce jour-là pro­gres­sé de 100 % par rap­port à l’an der­nier. D’ha­bi­tude, c’est un jour où les per­sonnes vont plus en ma­ga­sin que sur le site, beau­coup plus uti­li­sé le di­manche. »

« Les ten­dances, qui de­vront être confir­mées par un bi­lan après la sai­son, montrent que les Fran­çais n’ont ja­mais au­tant ache­té sur In­ter­net que ce Noël-ci », re­prend Marc Lo­li­vier. Le dé­lé­gué gé­né­ral de la Fe­vad, la fé­dé­ra­tion du e-com­merce, ap­porte ce­pen­dant quelques nuances. « Un ré­cent son­dage au­près de e-com­mer­çants in­dique que 40 % d’entre eux ont un chiffre d’af­faires en baisse par rap­port à l’an pas­sé. La moi­tié es­père rat­tra­per le re­tard qu’elle consi­dère être un im­pact des actes ter­ro­ristes. Car ce sec­teur a, lui aus­si, su­bi le contre­coup du 13 no­vembre, même s’il est moins im­por­tant que dans les bou­tiques », as­sure-t-il, tan­dis que les grands ma­ga­sins pa­ri­siens conti­nuent à ra­mer pour ra­me­ner les clients dans leurs al­lées.

Le géant du Web Ama­zon avait, lui, pré­dit « l’in­croyable » Noël qu’il dit être en train de vivre. « Nous sa­vions que notre crois­sance n’al­lait pas dis­con­ti­nuer et avions dé­ci­dé de re­cru­ter spé­ci­fi­que­ment pour Noël, et bien avant les at­ten­tats, 3 900 per­sonnes », in­dique son pré­sident France, Fré­dé­ric Du­val. Ce lun­di, l’en­tre­prise a ex­pé­dié 1,3 mil­lion de co­lis. Son pré­cé­dent pic, un an plus tôt, culmi­nait à 1 mil­lion. Comme tous ses e-concur­rents, Fré­dé­ric Du­val met en avant l’évo­lu­tion des pos­si­bi­li­tés de li­vrai­son, chaque an­née re­pous­sées dans le temps, pour ain­si lais­ser les clients faire leurs em­plettes jus­qu’à la der­nière (ou presque) mi­nute.

Avec des codes pro­mos qui ne laissent au­cune chance aux pe­tites bou­tiques de ri­va­li­ser, les marques s’as­surent aus­si un tra­fic qua­si per­ma­nent. Ce week-end de­vrait par­ti­cu­liè­re­ment illus­trer cette réa­li­té. Chez Ama­zon par exemple, des ventes flash jus­qu’à 60 % de ré­duc­tion sont an­non­cées. A deux se­maines de Noël, le site sait dé­jà que ce week-end « va faire date ».

À LIRE

le­pa­ri­sien.fr

Les li­vreurs dans les star­ting-blocks

« Nous avions dé­ci­dé

de re­cru­ter spé­ci­fi­que­ment pour Noël

3 900 per­sonnes »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.