ND’où

Les an­ti et les pro

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - C.M.

viennent nos craintes contre la vac­ci­na­tion qui compte pour­tant à son ac­tif 3 mil­lions de vie sau­vées par an ? Le so­cio­logue Gé­rald Bron­ner, pro­fes­seur à l’uni­ver­si­té Pa­risDi­de­rot qui a beau­coup tra­vaillé sur les croyances col­lec­tives, ex­plique : « C’est une ten­dance na­tu­relle de l’être hu­main : nous avons une hy­per­sen­si­bi­li­té face au risque. Or, si la pro­ba­bi­li­té du risque dans un vac­cin est très faible, elle n’est pas nulle. Dans le ma­quis des sites, blogs… 70 % dif­fusent des conte­nus qui re­mettent en cause des faits scien­ti­fiques. Ce­la joue lorsque vous êtes in­dé­cis. Nous sommes plus tou­chés par les consé­quences d’une ac­tion que par celles de notre in­ac­tion. » Il n’em­pêche, en 2014, l’Etat fran­çais a été condam­né à ver­ser 2,4 M€ à une in­fir­mière qui avait dé­ve­lop­pé une sclé­rose en plaques peu après une vac­ci­na­tion contre l’hé­pa­tite B. Pour­tant, les études ne montrent pas « d’as­so­cia­tion sta­tis­ti­que­ment si­gni­fi­ca­tive » entre le vac­cin et cette ma­la­die neu­ro­dé­gé­né­ra­tive. Mal­gré tout, 50 000 per­sonnes ont si­gné la pé­ti­tion du Pr Hen­ri Joyeux ré­cla­mant que le DTP simple et sans alu­mi­nium soit de nou­veau ren­du dis­po­nible. Alors, ne se­raitce pas la so­lu­tion pour ré­con­ci­lier les Fran­çais avec cette dé­marche ? « Re­ve­nir au DT Po­lio seul n’a pas de sens au­jourd’hui, il faut pro­té­ger nos en­fants contre les six ma­la­dies, in­siste le doc­teur Dom­mergues. Mais il faut l’ex­pli­quer, pas contraindre. » La mis­sion du rap­port Hu­rel est donc de taille : ré­con­ci­lier deux camps plus que di­vi­sés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.