Le dé­tour­ne­ment du bus se ter­mine contre un arbre

Plu­sieurs ado­les­cents ont réus­si à prendre le contrôle d’un bus à Se­vran après avoir dé­clen­ché une ba­garre. Heu­reu­se­ment, les pas­sa­gers avaient été éva­cués.

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS - Se­vran (Seine-Saint-De­nis) GWE­NAËL BOUR­DON ET NA­THA­LIE PER­RIER

C’EST UNE SCÈNE sur­réa­liste qui s’est dé­rou­lée jeu­di sous les yeux des ha­bi­tants des Beau­dottes, à Se­vran (Seine-Saint-De­nis), à l’heure où les en­fants sortent de l’école. Une ba­garre a écla­té à l’ar­rière d’un bus de la TRA (Trans­ports ra­pides au­to­mo­biles), alors qu’il trans­por­tait des pas­sa­gers à proxi­mi­té de la gare RER.

« Des jeunes ont com­men­cé à se battre au fond du bus, à coups de gaz la­cry­mo­gènes, in­dique Laurent Ou­dotte, le di­rec­teur gé­né­ral de la TRA. La conduc­trice a très bien ré­agi : elle a ar­rê­té son vé­hi­cule et fait des­cendre les voya­geurs pour les mettre en sécurité. Elle s’est mon­trée très cou­ra­geuse et pro­fes­sion­nelle. »

Quatre gardes à vue

Une fois les pas­sa­gers éva­cués, la ma­chi­niste âgée de 40 ans s’est trou­vée face aux jeunes, res­tés en nombre dans le bus. Ces der­niers se sont di­ri­gés vers elle et l’ont vio­lem­ment pous­sée à l’ex­té­rieur. « Elle a com­men­cé à ac­tion­ner sa vitre an­ti-agres­sion, mais ils ont réus­si à l’ex­pul­ser de son poste de conduite », pour­suit Laurent Ou­dotte. La vic­time a re­çu plu­sieurs coups dans le dos. Elle n’est pas griè­ve­ment bles­sée, mais « très cho­quée ». Ses jeunes agres­seurs ont en­suite pris les com­mandes du vé­hi­cule. Ils ne sont pas al­lés bien loin, s’en­cas­trant dans une bar­rière de pro- tec­tion et un arbre 300 m plus loin. L’ac­ci­dent n’a tou­te­fois pas suf­fi à mettre fin à la ba­garre. « Quand les po­li­ciers sont ar­ri­vés, c’était le chaos, ra­conte une source proche de l’en­quête. De nom­breux jeunes se bat- taient à l’in­té­rieur du bus. A la vue des fonc­tion­naires, ils ont pris la fuite en di­rec­tion de la ci­té voi­sine. La po­lice a réus­si à en ar­rê­ter deux qui s’en­fuyaient et deux qui étaient en­core à bord. » L’af­faire a sus­ci­té l’émoi dans le quar­tier : « L’en­trée du col­lège n’était pas loin, l’ac­ci­dent au­rait pu être bien plus grave », s’émeut Laurent Chan­trelle, élu (PS) de Se­vran.

Après les in­ci­dents, la CFDT ré­clame la te­nue d’une réunion d’ur­gence avec le Syn­di­cat des trans­ports d’Ilede-France (Stif) et le con­seil dé­par­te­men­tal, au­tour des ques­tions de sécurité. Laurent Ou­dotte in­siste sur le ca­rac­tère « ex­cep­tion­nel » de cet épi­sode. La ligne 618 est ce­pen­dant consi­dé­rée par les chauf­feurs comme dif­fi­cile. « Elle tra­verse les ci­tés Rou­ge­mont et des Beau­dottes, com­mente un ma­chi­niste. Il y a par­fois des caillas­sages gra­tuits, des in­sultes, des me­naces… » Les quatre mi­neurs ar­rê­tés jeu­di soir, âgés de 15 à 17 ans et jusque-là in­con­nus des ser­vices de po­lice, ont été re­mis en li­ber­té ven­dre­di à l’is­sue de leur garde à vue. Ils ont in­di­qué lors des au­di­tions qu’ils « avaient pris peur à la vue d’une bande ri­vale qui se trou­vait dans le bus ».

(DR.)

Se­vran (Seine-Saint-De­nis), jeu­di. Après avoir per­cu­té une bar­rière de pro­tec­tion, le bus a ter­mi­né sa course dans un arbre 300 m plus loin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.