La France et l’Al­le­magne plé­bis­ci­tées

Le Parisien (Paris) - - EURO 2016 - Pro­pos recueillis par V.P., R.D., J.L. ET A.J.

LES TROIS PRE­MIERS ont par­ti­ci­pé au Cham­pion­nat d’Eu­rope comme joueurs. A la tête de la sélection suisse de 2008 à 2014, le qua­trième n’ignore rien des ar­canes du football conti­nen­tal. L’Ita­lien De­me­trio Al­ber­ti­ni (44 ans), l’Es­pa­gnol Al­fon­so (43 ans), l’An­glais Hargreaves (34 ans) et l’Al­le­mand Ott­mar Hitz­feld, 66 ans, prennent po­si­tion avant le ti­rage au sort de l’Eu­ro 2016.

Cha­cun a ré­pon­du aux deux ques­tions sui­vantes : Quels sont les fa­vo­ris de la com­pé­ti­tion ? A quoi peut pré­tendre la France ?

« L’Al­le­magne et l’Espagne sont au-des­sus du lot »

79 sélections avec l’Ita­lie. L’Al­le­magne et l’Espagne sont au-des­sus du lot. Les pre­miers sont cham­pions du monde en titre et conti­nuent à pro­duire des joueurs de qua­li­té à l’en­vi. Les se­conds vont ve­nir en France por­tés par une grande soif de re­vanche après un Mon­dial bré­si­lien ca­la­mi­teux. Ils peuvent éga­le­ment comp­ter sur des jeunes très per­for­mants, le re­nou­vel­le­ment est as­su­ré sans pro­blème. La na­tion or­ga­ni­sa­trice part tou­jours avec un cran d’avance. Cet avan­tage peut même per­mettre aux Bleus de vi­ser le titre. Di­dier Desc­hamps a eu énor­mé­ment de temps pour pré­pa­rer son équipe. Néan­moins, il de­vra être ca­pable de conci­lier la pres­sion d’une com­pé­ti­tion à do­mi­cile avec les at­tentes for­cé­ment très im­por­tantes du pu­blic. S’ils réus­sissent à ne pas se faire écra­ser par l’en­vi­ron­ne­ment, les Fran­çais peuvent al­ler jus­qu’au bout. 38 sélections avec l’Espagne. Outre la France, j’ima­gine mal l’Espagne ré­pé­ter l’échec du Mon­dial bré­si­lien. L’équipe s’est ré­in­ven­tée au­tour de ses pi­liers Bus­quets et Inies­ta, et me semble ca­pable de rem­por­ter pour une troi­sième fois de suite l’Eu­ro. L’Al­le­magne, mal­gré la re­traite de son ca­pi­taine Lahm, reste une sélection que tout le monde sou­haite évi­ter. Après, la jeune gé­né­ra­tion belge peut créer la sur­prise. En re­vanche, l’Ita­lie, l’Angleterre ou le Por­tu­gal manquent d’une vraie co­lonne ver­té­brale pour brouiller les cartes. Comme l’a dit Vi­cente Del Bosque, la France est l’épou­van­tail de cette com­pé­ti­tion. Elle évo­lue chez elle et compte l’un des ef­fec­tifs les plus pro­met­teurs du football ac­tuel. Mal­gré les pro­blèmes ex­tra­spor­tifs de Ben­ze­ma, les pré­sences de Mar­tial et de Griez­mann consti­tuent en at­taque de vrais gages de qua­li­té. Ce der­nier se­ra, je pense, la grande star de cet Eu­ro. 42 sélections avec l’Angleterre. L’Al­le­magne semble la mieux ar­mée, sur­tout après son titre mon­dial. Le coeur de cette équipe avec Neuer, Boa­teng, Gun­do­gan, Ozil et Mül­ler est ex­cep­tion­nel. Il y a du ta­lent sur les ailes avec la vi­tesse et la per­cus­sion de Reus ou Bel­la­ra­bi et il y a aus­si des jeunes très pro­met­teurs comme Sa­né ou Drax­ler. Il y a beau­coup d’ex­pé­rience chez le sé­lec­tion­neur, Joa­chim Low, comme dans le groupe. La France se pose en prin­ci­pal concur­rent de la Mann­schaft. Les Bleus ont tout pour ga­gner leur Eu­ro. Ils tiennent en Llo­ris un gar­dien de classe mon­diale. La char­nière cen­trale, Va­rane-Kos­ciel­ny, est im­pres­sion­nante et com­plé­men­taire. Il y a de la tech­nique et de la puis­sance phy­sique au mi­lieu avec Pog­ba et Ma­tui­di, de la vi­tesse et des bons fi­nis­seurs de­vant avec des jeunes qui poussent comme Co­man ou Mar­tial. La dif­fé­rence se fe­ra au ni­veau des sé­lec­tion­neurs. An­cien sé­lec­tion­neur de la Suisse. L’Al­le­magne fait fi­gure de grande fa­vo­rite. Même si elle a connu un par­cours dans les éli­mi­na­toires se­mé d’em­bûches, elle pos­sède en­core suf­fi­sam­ment de po­ten­tiel et de mo­ti­va­tion pour al­ler au bout. Elle de­vra se mé­fier de l’Espagne en quête de ra­chat après son éli­mi­na­tion pré­ma­tu­rée au Mon­dial 2014. Je suis éga­le­ment cu­rieux de voir ce que la Bel­gique va faire. Elle sus­cite énor­mé­ment d’at­tentes. Je ne sais pas si elle pour­ra gé­rer la pres­sion. La France a l’im­mense avan­tage d’être le pays hôte. Elle a mon­tré contre l’Al­le­magne (2-0) la pré­sence dans son col­lec­tif de fortes in­di­vi­dua­li­tés et de jeunes ta­lents dé­jà ca­pables de ré­pondre aux exi­gences du haut ni­veau comme Mar­tial et Co­man. Avec Di­dier Desc­hamps, elle s’ap­puie sur un sé­lec­tion­neur plein d’ex­pé­rience et de com­pé­tences. La France se mê­le­ra éga­le­ment à la lutte pour le titre.

« Les Bleus ont tout pour ga­gner leur Eu­ro »

Cham­pions du monde titre, les Al­le­mands de Tho­mas Mül­ler (au centre) font par­tie des grands fa­vo­ris pour rem­por­ter l’Eu­ro 2016.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.