Comme on se re­trouve…

Division 1.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - STÉ­PHANE BIAN­CHI

IL Y A DEUX ANS, la vic­toire de Trem­blay (25-26) à Ivry avait en­voyé le club val-de-mar­nais en D 2 après 57 an­nées de pré­sence dans l’élite. L’en­jeu du main­tien se­ra de nou­veau au centre des dé­bats ce soir dans un der­by plus que sa­vou­reux. Car le duel entre le pro­mu et son meilleur en­ne­mi cache plus d’un match dans le match.

nBa­taille - Ch­rist­mann, je t’aime moi non plus

Au dé­part, ils ne vou­laient pas se lâ­cher. Le ca­det des frères Ba­taille avait même si­gné à Ces­son-Rennes juste pour re­joindre Ch­rist­mann, avant de faire volte-face et de pro­lon­ger à Trem­blay lorsque le coach bre­ton en a pris les rênes du­rant l’été 2014. L’idylle n’au­ra pas du­ré bien long­temps, le ca­rac­tère des deux hommes s’avé­rant in­com­pa­tible. « En fin de sai­son der­nière, j’ai même été écar­té sans réelle ex­pli­ca­tion, as­sure Ben­ja­min Ba­taille. C’était pour me faire com­prendre qu’il fal­lait que je trouve autre chose… » « Il n’a pas été écar­té, ré­torque Ch­rist­mann. Il ne jouait pas parce qu’il était moins bon que les autres. » Do­pé par « l’en­vie de prou­ver à Trem­blay qu’il a eu tort de ne pas le conser­ver », Ba­taille re­naît à Ivry, où il avait fi­ni meilleur bu­teur à l’al­ler (6 buts).

nGer­ve­las - Tu­zo­la­na, joueurs sans fron­tières

En 2007, le por­tier ivryen et l’ar­rière trem­blay­sien ont été sa­crés cham­pions de France avec les Rouge et Noir. « Un tro­phée plus fort émo­tion­nel­le­ment que le titre de cham­pion d’Eu­rope dé­cro­ché avec Gum­mers­bach, as­sure Tu­zo­la­na. Vivre ça avec des potes, c’est in­com­pa­rable ! » Par­tis sur des che­mins dif­fé­rents, les deux hommes se sont re­trou­vés en sélection, le ca­pi­taine con­go­lais Tu­zo­la­na ayant convain­cu l’An­tillais Ger­ve­las de se faire na­tu­ra­li­ser pour gar­der les cages de sa sélection. « Tout ça, c’est à cause de lui, s’es­claffle Ger­ve­las. Au­dray, c’est la famille. Ce soir, nos in­té­rêts se­ront in­com­pa­tibles. »

nS­te­fa­no­vic - Bo­ji­no­vic, l’Eu­rope en par­tage

Ils sont les seuls en France à l’avoir fait. En 2003, le coach ivryen Rast- ko Ste­fa­no­vic et le me­neur trem­blay­sien Mla­den Bo­ji­no­vic ont dé­cro­ché en­semble la Ligue des cham­pions avec Mont­pel­lier. S’il n’a rien ou­blié de la ré­cep­tion qui a sui­vi à l’Ely­sée avec Jacques Chi­rac, Bo­ji­no­vic se sou­vient sur­tout du rôle joué par son aî­né dans son in­té­gra­tion. « Je ve­nais d’ar­ri­ver en France, glisse-t-il. Je pas­sais plus de temps chez lui que chez moi. On était en­semble, 24 heures sur 24. C’est lui qui me gui­dait dans la vie. » « De bons sou­ve­nirs » que Ste­fa­no­vic met­tra néan­moins de cô­té ce soir.

nLéan­dri - Dar­ras, le but de la dis­corde

Il y a deux ans, l’épi­sode avait mis l’en­traî­neur ivryen Pas­cal Léan­dri (au­jourd’hui di­rec­teur gé­né­ral) dans tous ses états. En échec sur le der­nier shoot qui au­rait peut-être don­né la vic­toire aux siens face à Trem­blay, l’Ivryen Jé­ré­my Dar­ras a, deux jours plus tard, re­fu­sé la pro­lon­ga­tion ivryenne pour si­gner à… Trem­blay. « Le pro­blème, c’est qu’il nous avait don­né son ac­cord avant le match, as­sure Léan­dri. Je n’ai pas de rancoeur, mais l’his­toire ne s’est pas bien ter­mi­née. » « Quoi que cer­tains aient pu pen­ser, je n’ai ja­mais don­né le match, as­sure Dar­ras. Je rate le der­nier tir, c’est vrai. Mais ce n’était pas vo­lon­taire, je n’au­rais ja­mais pu faire ça. Les contacts avec Trem­blay sont in­ter­ve­nus après… »

À LIRE

le­pa­ri­sien.fr Par­te­naire du Se­cours Po­pu­laire, Ivry joue les Pères Noël verts (gym­nase A.-De­laune), 20 h 45 : (BeIN Sports 3), Ces­son-Rennes - Mont­pel­lier ; De­main, 17 heures : Tou­louse - Cham­bé­ry, PSG - Chartres (stade Cou­ber­tin, Pa­ris XVIe) ; 18 h 30 : (BeIN Sports 3), St-Ra­phaël - Nantes.

PSG, 22 pts ; St-Ra­phaël, 18 ; Mont­pel­lier, 17 ; Nîmes, Cham­bé­ry, 16 ;

CRÉ­TEIL, C.-Rennes, 15 ; Nantes, 13 ; Dun­kerque, 12 ; Tou­louse, Aix, 11 ; IVRY, 8 ;

TREM­BLAY, 4 ; Chartres, 2. nJULIEN MA­RIE-SAINTE (CSL Aul­nay), l’ex-cham­pion de France des moyens (36 ans, 36 vic­toires, 6 dé­faites), ef­fec­tue son re­tour ce soir à Saint-Lô (Manche) après treize mois d’ab­sence. Il est op­po­sé à Laurent Fer­ra (Bla­gnac, 17 V, 4 N, 22 D).

HANDBALL

nMASSY (Pro D 2) s’est im­po­sé 3224 à Sa­ran, hier soir, pour le compte de la 13e jour­née et re­monte à la 9e place. De­main, Pon­taultCom­bault (10e) se dé­pla­ce­ra à Istres (8e) à 16 heures.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.