Ivre, mais sobre

Le Parisien (Paris) - - TRANSPORTS - Q.L.

ON A SOU­VENT l’im­pres­sion d’être sobre même si on a bu, beau­coup moins d’être saoul sans avoir la­pé la moindre goutte. Que tchi, rien de­puis bien 24 heures, ju­ré votre hon­neur. Ici, la des­cente de l’A6 sans avoir tou­ché au moindre re­mon­tant. Une pinte de Co­ca, pas plus. C’est di­manche et il est tard, on re­monte le bi­tume à 140 km au comp­teur, pres­sé d’ou­blier qu’on vient de par­tir et que la route est longue. Pas un chat ou presque sur la 4 voies. Le poste est bra­qué sur RMC et ses voix qui hurlent le der­nier match de Ligue 1 du week-end, une as­su­rance de plus que les mi­rettes ne bais­se­ront pas le store pen­dant la conduite. Rail de coke au­di­tif. Mais voi­là, si les yeux ne sont pas bru­meux, de­hors le brouillard est épais. Et on a beau plis­ser tant qu’on peut, on y voit zé­ro à plus de 50 mètres. Le bi­tume pu­dique se dé­voile au der­nier mo­ment, les pan­neaux jaillissent sans pré­ve­nir du nuage mas­sif. Les sour­cils se froncent, en vain, ça rap­pelle les (rares) nuits où l’on a pris le vo­lant alors qu’on n’au­rait pas dû. Qu’on avait dit oui au vin et non au jus. Qu’on concentre ce qu’il reste de so­brié­té, tête en avant, pour faire le net sur la chaus­sée. Mais là, même avec 0 g dans le sang, pas même le reste d’un sou­ve­nir de trace de bière de gin ou de rhum, on a les re­pères qui ti­tubent. Et on lutte comme on peut contre l’ébrié­té fan­tôme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.