Sur le Charles-de-Gaulle en guerre contre Daech

Notre jour­nal a eu l’au­to­ri­sa­tion d’em­bar­quer sur le porte-avions, d’où dé­collent les avions qui frappent les ji­ha­distes de Daech en Irak et en Syrie. Re­por­tage dans les cou­lisses du fleu­ron de la ma­rine fran­çaise.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - Mé­di­ter­ra­née orien­tale De notre en­voyé spé­cial TEXTE ET PHO­TOS : PHI­LIPPE DE POULPIQUET

Notre jour­na­liste a em­bar­qué à bord du porte-avions qui, de­puis les at­ten­tats de Pa­ris, en­gage ses Ra­fale en Syrie et en Irak contre les po­si­tions du groupe Etat is­la­mique.

UN MOIS APRÈS les at­ten­tats de Pa­ris, le porte-avions « Charles-de-Gaulle » s’est po­si­tion­né dans le golfe Per­sique, après deux se­maines d’opé­ra­tions en Mé­di­ter­ra­née orien­tale, au sud de Chypre. Dans le vi­seur des Ra­fale qui dé­collent du na­vire : les cibles du groupe Etat is­la­mique (EI) en Syrie et en Irak. Huit à quinze mis­sions sont lan­cées quo­ti­dien­ne­ment du vais­seau ami­ral de la flotte fran­çaise. En deux se­maines, 69 sor­ties ont été ef­fec­tuées. Des mis­sions de cinq heures de vol en moyenne, le temps d’al­ler frap­per l’or­ga­ni­sa­tion ji­ha­diste, comme le font ses al­liés — sur­tout amé­ri­cains — de la coa­li­tion in­ter­na­tio­nale an­ti-Daech et, dans une moindre me­sure, les Russes. Dans l’obs­cu­ri­té du pont ar­rière, à la pause-ci­ga­rette, les ma­rins — 12 % de femmes à bord sur les 2 200 per­sonnes em­bar­quées — se confient, tou­chés. « Les sol­dats ont vu que le sol fran­çais a été at­ta­qué de l’in­té­rieur, ex­plique un gra­dé. Avant, les fa­milles avaient peur que les ma­rins partent en mer. Au­jourd’hui, ce sont les sol­dats qui ont peur de lais­ser leurs fa­milles à quai. »

Mé­di­ter­ra­née orien­tale, le 3 dé­cembre. « Pa­ré par­tout. Feu ! » lance de­puis sa ca­bine l’in­gé­nieur de ca­ta­pul­tage. Le Ra­fale, char­gé de deux bombes de 250 kg cha­cune, est pro­je­té en moins de quatre se­condes à 250 km/h.

Mé­di­ter­ra­née orien­tale, le 3 dé­cembre. Un of­fi­cier ins­crit sur les vitres de la pas­se­relle les ho­raires et le pro­gramme des pro­chaines mis­sions.

Mé­di­ter­ra­née orien­tale, le 4 dé­cembre. Les ar­mu­riers viennent d’équi­per un Ra­fale de ses bombes (avec les ai­lettes) avant son ca­ta­pul­tage.

Mé­di­ter­ra­née orien­tale, le 3 dé­cembre. A chaque ca­ta­pul­tage ou ap­pon­tage, les pom­piers se tiennent prêts en cas de dé­part de feu.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.