NHor­mis

Le Parisien (Paris) - - EURO 2016 - D.S.

le Por­tu­gal qui a hé­ri­té d’une poule (Is­lande, Au­triche, Hon­grie) que la France ne re­nie­rait pas, les autres groupes frappent par leur ho­mo­gé­néi­té. L’un des six semble même très dis­pu­té (le D) — Espagne, Ré­pu­blique tchèque, Tur­quie, Croa­tie — alors que la tête de sé­rie belge tombe dans le fa­meux « groupe de la mort » avec l’Ita­lie, la Suède et l’Eire. Face aux te­nants du titre es­pa­gnols, les Croates Ra­ki­tic et Mo­dric ou le Turc Tu­ran vont re­trou­ver leurs co­pains du Real Ma­drid et de Bar­ce­lone, et Cech (Ar­se­nal), pour les Tchèques, reste en théo­rie le meilleur gar­dien de ces quatre équipes. Les hommes de Del Bosque s’en tirent bien com­pa­rés à ceux de Wil­mots, qui coa­gulent l’Ita­lie et la Suède dans la poule de luxe, la E. Il y au­ra du Zla­tan et du Ha­zard, du Ver­rat­ti et, nor­ma­le­ment, du Si­ri­gu face à leur com­père d’at­taque du PSG. Heu­reu­se­ment que 4 des 6 meilleurs troi­sièmes ac­cèdent aux 8es de fi­nale, mais l’ad­ver­si­té dans ce groupe pour­rait pa­ra­ly­ser les po­si­tions. L’Eire, si in­jus­te­ment pri­vée du Mon­dial 2010 à cause de la main de Thier­ry Hen­ry, risque de vo­ler en éclats face à ces ca­dors. C’est ce qui était pro­mis à l’été 2014 au Cos­ta Ri­ca (avec l’Angleterre, l’Ita­lie et l’Uru­guay), qui a fi­na­le­ment vu les 8es. L’Ita­lie s’en sou­vient et ne vou­dra pas re­vivre une telle hu­mi­lia­tion. Mais Ibra­hi­mo­vic, sur­mo­ti­vé par sa der­nière com­pé­ti­tion ma­jeure en sélection, lui lais­se­ra-t-il le choix ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.