« Si cer­tains ne sont pas ca­pables de faire ce mé­tier, qu’ils changent »

Division 1.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS ILE-DE-FRANCE - STÉ­PHANE BIAN­CHI

dans le camp des vain­queurs comme dans ce­lui des vain­cus, n’a osé ti­rer de conclu­sion dé­fi­ni­tive. Lâ­cher que le sus­pense dans la course au main­tien s’était sans doute éteinte, pour de bon, hier soir dans la fu­rie de De­laune. Mais les mines ré­jouies du clan ivryen, celles, sur­tout, dé­con­fites dans les rangs de Trem­blay, par­laient bien plus que tous les dis­cours de la terre.

Pros­tré de longues mi­nutes en tri­bunes, c’est les yeux ha­gards, rou­gis par la dé­cep­tion et le dé­pit, que le pré­sident Pa­pillon a as­sis­té, meur­tri, à la ronde de joie im­pro­vi­sée par l’US Ivry au coup de sif­flet fi­nal.

Un écart ir­ré­mé­diable ?

En dé­cro­chant hier leur cin­quième suc­cès de la sai­son (29-24), les Rouge et Noir — qui jouaient en vert dans le cadre de leur par­te­na­riat avec le Se­cours po­pu­laire — bouclent en ef­fet l’an­née 2015 avec six lon­gueurs d’avance sur la zone rouge.

« Une dé­li­vrance, pour l’ai­lier Tho­mas Cau­wen­berghs qui se ré­jouit de pou­voir, grâce à cette vic­toire ac­qui- se avec le coeur, pas­ser les fêtes au chaud. »

Car en rem­por­tant son deuxième der­by — après la vic­toire 24-23 de l’al­ler — Ivry re­lègue sur­tout Trem­blay, son meilleur en­ne­mi qui l’avait en­voyé en D 2 il y a deux ans, à quatre vic­toires de la zone de flot­tai­son. Un gouffre, for­cé­ment, pour une équipe qui, après s’être in­cli­né onze fois en treize jour­nées, au­ra à rem­por­ter au moins huit matchs sur les douze res­tant pour es­pé­rer pro­lon­ger son bail en D 1.

Conscient de la mis­sion, presque im­pos­sible, qui l’at­tend, Da­vid Ch­rist­mann (en mé­daillon) est long­temps res­té en­fer­mé à es­sayer de convaincre ses troupes que la messe n’était pas en­core dite. Mais au sor­tir du ves­tiaire, il ne pou­vait conte­nir sa co­lère. « Il faut ar­rê­ter de se trou­ver des ex­cuses de merde (sic) en se ca­chant der­rière la pres­sion ou je ne sais quoi, a-t-il lâ­ché. Si cer­tains ne sont pas ca­pables de faire ce mé­tier, qu’ils en changent. Ce soir ( hier soir), on rate 10 tirs à 6 m, on perd 16 balles… Com­ment peut-on ga­gner un match dans ces condi­tions ? On de- vrait mettre le coeur et les couilles sur le ter­rain, mais on n’y ar­rive pas. On est fra­giles, on ne par­vient pas à re­le­ver la tête, on joue avec la peur au ventre. Alors je ne sais pas si l’écart est trop grand pour être com­blé. Mais main­te­nant qu’on y est ( NDLR : dans le trou), l’ex­cuse de la pres­sion ne tient plus. Alors on se bat­tra avec le coeur et l’en­vie de ceux avec qui on avance, et non ceux qui passent leur temps à gé­mir. » Mi-temps : 15-11. Spec­ta­teurs : 1 400. Ar­bitres : MM. Pi­chon et Re­ve­ret. Ivry. Gar­diens de but : Cha­pon (11 ar­rêts), Ger­ve­las (2). Joueurs de champ : S. Simonet (2 buts), M. Ba­taille (4), P. Simonet (1), Cau­wen­berghs (6 dont 5 pén.), Keï­ta (6), B. Ba­taille (2), Mar­ti­nez (1), Po­po­vic (6), Ruiz-Mar­ga­ria (1). En­tr. : Ste­fa­no­vic. Trem­blay. Gar­diens de but : Lis­kaï (9 ar­rêts), Von­ci­na (7). Joueurs de champ : To­mas (4 buts), Mik­lav­cic (1), Mem (5), Bin­go (3), Bo­ji­no­vic (9 dont 6 pén.), Sa­ko (1), Tu­zo­la­na (1). En­tr. : Ch­rist­mann. nTAOUSSY L’HAD­JI (38 ans, Cor­meilles-en-Pa­ri­sis) est de­ve­nue cham­pionne de France des poids su­per-plume, hier à Lille, en bat­tant Cin­dy Bon­hi­ver (Mau­beuge) aux points (77-75, 77-75, 75-77).

CROSS-COUN­TRY

nFLORIAN CAR­VAL­HO (Ne­mours) et quatre Fran­ci­liens dis­putent au­jourd’hui à Hyères (Var) les Cham­pion­nats d’Eu­rope.

HANDBALL

nPONTAULT- COM­BAULT (10e de Pro D 2) joue cet après-mi­di à Istres (8e) pour la 12e jour­née. Ven­dre­di soir, Mas­sy (9e) avait bat­tu Sa­ran (5e) 32-24.

(LP/Icon Sport/An­tho­ny Di­bon.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.