Yan­nick Fer­tillet se met en quatre

Fi­dèle au mee­ting azu­réen, Yan­nick Fer­tillet au­ra quatre re­pré­sen­tants dans le quin­té et de sé­rieuses chances de suc­cès.

Le Parisien (Paris) - - SPORT HIPPIQUE - GENT­LE­MAN

« J’AVAIS DES CHE­VEUX FRI­SÉS lors de mon pre­mier voyage sur la Côte d’Azur. Or, main­te­nant, je n’ai plus un poil sur le caillou », s’amuse à ra­con­ter Yan­nick Fer­tillet (53 ans). L’en­traî­neur, ins­tal­lé à No­zay (Loire-At­lan­tique), par­ti­cipe au mee­ting de Cagnes-sur-Mer de­puis des lustres. A la tête d’un ef­fec­tif de 40 che­vaux, il amène chaque hi­ver un maxi­mum de che­vaux pour ce mee­ting. « Cette an­née, j’ai dé­pla­cé 32 pen­sion­naires, aux­quels s’ajoutent quatre che­vaux que m’a confiés Yann Por­zier. J’ai sur­tout de bons 3 ans. Nous avons très bien dé­bu­té ce mee­ting. Après deux réunions, nous avons dé­jà rem­por­té cinq courses et, sur­tout, tous mes che­vaux ont très bien cou­ru, ce qui n’était pas le cas l’an der­nier. La plu­part de mes che­vaux ont connu des pro­blèmes de san­té et il a fal­lu s’ar­mer de pa­tience. On ne peut pas faire de la bonne cui­sine sans les bons in­gré­dients. Main­te­nant tous ces che­vaux se re­trouvent en re­tard de gains et rat­trapent le temps per­du. » De là à ap­pro­cher son propre re­cord de vic­toires en un mee­ting (21 suc­cès), il y a un pas que Yan­nick Fer­tillet es­time dif­fi­cile à fran­chir.

Ce­lui qui compte six Grands Steeples de Cagnes à son ac­tif (trois avec STODOUN et au­tant avec la cé­lèbre WUTZELINE) semble en re­vanche par­ti­cu­liè­re­ment bien ar­mé dans ce pre­mier quin­té du mee­ting.

Une pré­fé­rence pour LORD LY­PHARD

Il livre son avis sur les chances de ses quatre re­pré­sen­tants au dé­part de l’épreuve : « UN ROC DU GRAND­VAL a été pris de vi­tesse en der­nier lieu. De plus, il avait be­soin de cou­rir et il de­vrait cou­rir en gros pro­grès. CAMONDO est un bon che­val. Il peut bien se com­por­ter dans ce lot, mais il se­ra cer­tai­ne­ment plus com­pé­ti­tif à la fin du mois dans un quin­té uni­que­ment ré­ser­vé aux 4 ans. DOL­LAR KING, quant à lui, est à prendre en consi­dé­ra­tion. Tom­bé ré­cem­ment à Mar­seille, alors qu’il avait course ga­gnée, il doit im­pé­ra­ti­ve­ment être ra­che­té. En­fin, LORD LY­PHARD se­ra mon meilleur atout. Je l’aime beau­coup et il reste sur une ex­cel­lente ten­ta­tive dans un quin­té à Au­teuil, où il a tra­cé un su­perbe der­nier ki­lo­mètre. Comme il est très à l’aise à Cagnes-sur-Mer, je ne vous ca­che­rais pas que nous l’avons pré­pa­ré en vue de cet ob­jec­tif. » Après seule­ment deux réunions, il est amu­sant de consta­ter que Yan­nick Fer­tillet est au botte à botte en termes de vic­toires, de places et de gains avec Yan­nick Fouin, avec qui il ne par­tage pas que des ini­tiales. « Ce chal­lenge est plu­tôt sym­pa, sur­tout que la Fouine (sur­nom de Yan­nick Fouin) est un bon co­pain. Je sais qu’il se­ra bien ar­mé lun­di, mais je compte éga­le­ment sur mes pen­sion­naires qui se pré­sen­te­ront à l’oc­ca­sion de ce troi­sième ren­dez-vous du mee­ting. »

En­ghien, le 24 oc­tobre. Notre fa­vo­ri, UN ROC DU GRAND­VAL, dé­pend de l’en­traî­ne­ment de Yan­nick Fer­tillet, tou­jours re­dou­table à Cagnes-sur-Mer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.