Zé­ro poin­té pour le FN

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR -

s’est en­core une fois cas­sé les dents sur le front ré­pu­bli­cain. Ar­ri­vé en tête dans six ré­gions di­manche der­nier, avec le score his­to­rique de 27,9 % des suf­frages, le par­ti d’ex­trême droite est fi­na­le­ment re­par­ti bre­douille hier soir.

Les cadres fron­tistes, qui, il y a en­core quelques jours, voyaient la vic­toire à por­tée de main dans deux, voire trois ré­gions, af­fi­chaient leurs mines des mau­vais jours. Le scé­na­rio des der­nières élec­tions dé­par­te­men­tales en mars — où le FN ca­ra­co­lait au pre­mier tour avec 25,2 % des voix avant de ne prendre au­cun dé­par­te­ment au se­cond — s’est, en­core une fois, re­pro­duit.

Ni la pré­si­dente Ma­rine Le Pen dans le Nord-Pas-de-Ca­lais ni Ma­rion Maréchal-Le Pen en Paca, qui avaient pour­tant lar­ge­ment creu­sé l’écart avec leurs ad­ver­saires le 6 dé­cembre, n’ont réus­si à trans­for­mer l’es­sai. Elles ont été très sè­che­ment bat­tues par leurs ri­vaux res­pec­tifs, Xa­vier Ber­trand et Ch­ris­tian Es­tro­si. Le re­trait des listes so­cia­listes a mis un coup d’ar­rêt à leurs am­bi­tions. Mais même dans le Grand Est, ou en­core en Bour­gogne - Franche-Com­té — où tous les can­di­dats qua­li­fiés pour le se­cond tour se sont main­te­nus — le FN est res­té à la porte de la pré­si­dence de la ré­gion. La preuve que, mal­gré ses pro­gres­sions élec­to­rales, le par­ti d’ex­trême droite ne par­vient tou­jours pas à s’im­po­ser dans la der­nière ligne droite.

(LP/Oli­vier Cor­san.)

Hé­nin-Beaumont (Pas-de-Ca­lais), hier. La pré­si­dente du par­ti Ma­rine Le Pen n’a pas réus­si à trans­for­mer l’es­sai.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.