Hé­nin-Beaumont, « vi­trine » du Front

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - Hé­nin-Beaumont (Pas-de-Ca­lais) De nos en­voyés spé­ciaux P. TH.

LE FN A FAIT UN SCORE du ton­nerre, hier, à Hé­nin-Beaumont : 61 %. Vingt points de plus que sur l’en­semble de la ré­gion. De­puis les mu­ni­ci­pales de mars 2014 et la vic­toire de Steeve Briois dès le pre­mier tour, l’an­cienne ci­té mi­nière s’est ha­bi­tuée aux pous­sées fron­tistes. Une ville comme un tract élec­to­ral. « Hé­ninBeau­mont est de­ve­nue une vi­trine de la bonne ges­tion FN. Ce­la a ser­vi Ma­rine Le Pen dans ces élec­tions ré­gio­nales », pa­voise le maire.

En té­moigne An­dré, 39 ans. Ce diag­nos­ti­queur im­mo­bi­lier n’avait pas vo­té Briois en 2014. Hier, il a choi­si le bul­le­tin Bleu Ma­rine. « Ils ont fait ce qu’ils ont dit, no­tam­ment sur les baisses d’im­pôts », se fé­li­cite le néo­con­ver­ti. « Il met des fleurs en ville », se ré­jouit une re­trai­tée. Jac­que­line, ex-élec­trice de droite dé­sor­mais FN, com­plète : « C’est beau­coup plus propre. Avant, le mar­ché de Noël était moche comme tout… » Briois ne manque pas une oc­ca­sion de mettre en avant cette ani­ma­tion. Le Se­cours po­pu­laire en a été pri­vé. Nou­velle po­lé­mique, dans le même ton que celle du dé­but de man­dat sur la fer­me­ture du lo­cal mis à la dis­po­si­tion de la Ligue des droits de l’homme.

Pho­to sou­ve­nir

« C’est très dif­fi­cile pour ceux qui ne sont pas dans la mou­vance », cer­ti­fie Bou­nya­zad Mad­ji­di, mi­li­tante PS. A l’école Jean-Jacques-Rous­seau, où Ma­rine Le Pen vient vo­ter, les fans font le pied de grue en es­pé­rant une pho­to sou­ve­nir. « Quand elle vient sur les mar­chés, c’est tout juste si on ne lui pré­sente pas les gosses à em­bras­ser », souffle Os­ciane Ter­rier, chef de pro­jet ten­dance Front de gauche. Dans les rues de briques rouges, Briois serre des mains, claque des bises, écoute les do­léances. « Tu es toute ma­gni­fique, rayon­nante ! Al­lez, va dans l’iso­loir ! » lance-t-il à une élec­trice.

Nelly et William lui sont gré d’écou­ter leurs « pe­tites ré­cla­ma­tions ». Pour leur ville, ils votent Briois. Mais pas Le Pen pour leur ré­gion. « Le maire nous sé­duit, mais là c’est plus im­por­tant qu’une ville. Et le FN, c’est un peu l’in­con­nu… » ex­pliquent ces élec­teurs de Xa­vier Ber­trand. « Je n’aime pas l’ex­trême droite, mais il n’y a pas grand-chose à dire sur la ges­tion de la ville », confie Clau­dine, élec­trice de gauche qui a joué le « front ré­pu­bli­cain ».

Os­ciane Ter­rier, qui vient elle aus­si de vo­ter LR, ba­lance : « Briois est dans la com­mu­ni­ca­tion pure, le pa­ter­na­lisme. Mais ça fonc­tionne ! Les gens sont tel­le­ment per­dus… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.