Vic­toire des na­tio­na­listes

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - J. A.

RÉ­SUL­TAT HIS­TO­RIQUE pour l’Ile de Beau­té. Les na­tio­na­listes de Per A Cor­si­ca ont rem­por­té la ré­gion avec 35,3 % des voix. Ar­ri­vé en deuxième po­si­tion au pre­mier tour, Gilles Si­meo­ni a de­van­cé le can­di­dat di­vers gauche et fa­vo­ri, Paul Gia­cob­bi (28,5 %), mais aus­si la liste de droite (27,1 %) et le Front na­tio­nal (9,1 %).

Grâce à une union avec les in­dé­pen­dan­tistes, Si­meo­ni est de­ve­nu le nou­veau pré­sident du con­seil exé­cu­tif. Mais il ne sié­ge­ra que pen­dant deux ans. Car les élec­tions corses ne sont pas ré­gio­nales mais ter­ri­to­riales. Le scru­tin avait pour but de re­nou­ve­ler l’As­sem­blée de Corse. Cette nou­velle man­da­ture ne du­re­ra que jus­qu’à dé­cembre 2017. Date à la­quelle la nou­velle col­lec­ti­vi­té unique, fu­sion de l’As­sem­blée de Corse et des deux dé­par­te­ments, se­ra mise en place. Fils du père du na­tio­na­lisme corse, maire de Bas­tia, Gilles Si­meo­ni a aus­si été l’avo­cat d’Yvan Co­lon­na, condam­né à per­pé­tui­té pour l’as­sas­si­nat du pré­fet Eri­gnac.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.