Fa­bius « cli­ma­ra­tho­nien »

Le Parisien (Paris) - - COP21 - F.M.

Laurent Fa­bius a bien mé­ri­té son sur­nom. Après pra­ti­que­ment trois nuits sans fer­mer l’oeil au Bourget (Seine-Saint-De­nis), le pré­sident de la COP21 a re­trou­vé son lit vers 1 heure du ma­tin di­manche. Un court ré­pit pour le « cli­ma­ra­tho­nien » avant de prendre la route de la Nor­man­die pour al­ler sou­te­nir Ni­co­las Mayer Ros­si­gnol. Le can­di­dat aux ré­gio­nales de l’Union de la gauche est aus­si son an­cien col­la­bo­ra­teur au Quai d’Or­say. Entre mer­cre­di soir et sa­me­di, le mi­nistre des Af­faires étran­gères ne s’est ac­cor­dé que quelques heures de som­meil dans le clic-clac de son bu­reau pro­vi­soire du Bourget. Après avoir fait dis­tri­buer aux 195 dé­lé­gués pré­sents une ré­plique du cé­lèbre mar­teau en forme de feuille avec le­quel il a clos les dé­bats, Laurent Fa­bius est par­ti sa­luer les 120 membres de son équipe qui l’ont ova­tion­né, bluf­fés par le flegme du mi­nistre qui a jus­qu’au bout gar­dé ses nerfs. Même quand un point de désac­cord avait été sou­le­vé sa­me­di après-mi­di, au der­nier mo­ment, alors que le texte de­vait être adop­té. Un « shall » (doit) s’était glis­sé dans l’ar­ticle 4 à la place d’un « should » (de­vrait), au grand dam des Amé­ri­cains. Après deux heures d’in­cer­ti­tude, et des col­la­bo­ra­teurs au bord de la pa­nique, le point li­ti­gieux a fi­na­le­ment été cor­ri­gé et le ma­ra­tho­nien de la COP a fait adop­ter sous un ton­nerre d’ap­plau­dis­se­ments l’ac­cord his­to­rique de Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.