Un par­cours er­ra­tique

Le Parisien (Paris) - - TERRORISME -

DES MIL­LIERS de ki­lo­mètres par­cou­rus à tra­vers l’Eu­rope de­puis le dé­but de l’an­née. Sa­lah Ab­des­lam ap­pa­raît comme un grand voyageur : Grèce, Ita­lie, Au­triche, Hon­grie, France… De­puis l’été, et jus­qu’aux heures pré­cé­dant les at­ten­tats, le fu­gi­tif a mul­ti­plié les al­lers-re­tours entre la France et la Bel­gique no­tam­ment. Un par­cours er­ra­tique que les en­quê­teurs s’at­tachent au­jourd’hui à re­tra­cer pour ten­ter de com­prendre son rôle pré­cis et iden­ti­fier ses com­plices. Sa­lah Ab­des­lam est ar­rê­té dans le centre des Pays-Bas pour dé­ten­tion de can­na­bis. Lors de la fouille de sa voi­ture, la po­lice néer­lan­daise trouve une quan­ti­té « li­mi­tée » de drogue. Il doit alors s’ac­quit­ter d’une amende de 70 €. Il se trouve en Grèce, d’où il em­barque pour Ba­ri, en Ita­lie, à bord d’un fer­ry. Il voyage alors avec un cer­tain Ahmed Dahmani. Consi­dé­ré comme un pos­sible com­plice par les jus­tices belge et fran­çaise, ce der­nier a été in­ter­pel­lé en Tur­quie, le 21 no­vembre der­nier, alors qu’il ten­tait de pas­ser en Syrie. L’en­quête a dé­mon­tré qu’au moins deux ka­mi­kazes du Stade de France ain­si que le co­or­don­na­teur des at­ten­tats, Ab­del­ha­mid Abaaoud, étaient eux aus­si pas­sés par la Grèce. Les pre­miers ont dé­bar­qué le 3 oc­tobre sur la pe­tite île de Lé­ros, par­mi un flot de 109 mi­grants. Abaaoud y avait été re­pé­ré en sep­tembre. Ab­des­lam est contrô­lé à la fron­tière au­tri­chienne. Il se rend alors à Bu­da­pest, en Hon­grie, dans une Mer­cedes de lo­ca­tion, en com­pa­gnie de deux hommes. A la po­lice, ceux-ci se pré­sentent sous l’iden­ti­té, sans doute fausse, de Sa­mir Bou­zid et Sou­fiane Kayal. Les po­li­ciers belges, qui dis­posent de la pho­to des sus­pects pré­sen­tés comme « dan­ge­reux et pro­ba­ble­ment ar­més », ont lan­cé le 4 dé­cembre der­nier un ap­pel à té­moins. Sans suc­cès pour l’ins­tant. Nou­veau voyage vers Bu­da­pest de­puis la Bel­gique. La na­ture de ces deux dé­pla­ce­ments vers la Hon­grie n’a pas pu être dé­ter­mi­née avec pré­ci­sion, mais Sa­lah Ab­des­lam est soup­çon­né par la Hon­grie d’avoir « re­cru­té une équipe » par­mi des mi­grants ayant tran­si­té par la gare de Bu­da­pest. Sa­lah Ab­des­lam se rend chez un ven­deur de ma­té­riel de feux d’ar­ti­fice de Saint-Ouen-l’Au­mône, dans le Val-d’Oise. Il y achète une di­zaine d’al­lu­meurs py­ro­tech­niques. Il four­nit pour ce­la une pièce d’iden­ti­té au ven­deur. A 21 heures, une Clio, louée dans une agence de Bruxelles quelques jours plus tôt par les frères Abde- slam, est fla­shée à Trith-Saint-Lé­ger, près de Va­len­ciennes, en di­rec­tion de Pa­ris. Vers 23 heures, la voi­ture re­prend la route vers la Bel­gique. A 1 h 28, elle est de re­tour en France, re­pé­rée au péage de Cha­mant, près de Sen­lis, dans l’Oise. Vers 19 h 15, la Clio noire louée par Ab­des­lam est fil­mée par une ca­mé­ra de sur­veillance dans une sta­tion es­sence de l’Oise à Res­sons-surMatz sur l’au­to­route A 1. Le ter­ro­riste, qui se sert une fois de plus de sa carte de cré­dit, se trouve en com­pa­gnie d’un ami, Mo­ha­med Abri­ni, ori­gi­naire comme lui de Mo­len­beek. Ce der­nier ne semble pas di­rec­te­ment im­pli­qué dans les at­taques du 13. Mais, de­ve­nu un té­moin ca­pi­tal, il est ac­ti­ve­ment re­cher­ché. Ab­des­lam dis­pa­raît une nou­velle fois dans la nuit.

Fé­vrier 2015

Mar­di 4 août Mer­cre­di 9 sep­tembre

Cou­rant oc­tobre

Mar­di 10 no­vembre Mer­cre­di 11 no­vembre

Jeu­di 12 no­vembre

Un convoi de trois voi­tures, la Clio noire de Sa­lah Ab­des­lam, une Polo et une Seat, elles aus­si louées en Bel­gique, quitte Bruxelles pour Pa­ris à dix mi­nutes d’in­ter­valle. A bord, les trois com­man­dos. Les fu­turs tueurs du Ba­ta­clan (Is­maël Omar Mos­te­faï, Sa­my Ami­mour et Foued Mo­ha­med-Ag­gad), au vo­lant de la Polo, filent à Al­fort­ville (Val-de-Marne) où deux chambres d’une ré­si­dence hô­te­lière ont été ré­ser­vées. Leurs com­plices, eux, s’ins­tallent dans un pa­villon à Bo­bi­gny (Seine-Saint-De­nis) loué pour une se­maine.

Ven­dre­di 13 no­vembre

Vers 18 heures, la voi­ture de l’im­pré­vi­sible Sa­lah Ab­des­lam est lo­ca-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.