N

« L’UMPS », slo­gan pé­ri­mé

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - V.H.

C’est la nou­velle pe­tite mu­sique que fait en­tendre le Front na­tio­nal. Sa for­mule fé­tiche reste tou­jours « l’UMPS », mais le par­ti ha­bi­tue pe­tit à pe­tit ses sup­por­teurs à un nou­vel acro­nyme : LRPS, à pro­non­cer — évi­dem­ment — « l’her­pès ». Cette nou­velle contrac­tion entre LR — les Ré­pu­bli­cains — et le PS, Ma­rine Le Pen, Florian Philippot et nombre de té­nors du par­ti la testent de plus en plus sou­vent en mee­ting. Vé­ri­table ar­gu­ment de cam­pagne du par­ti d’ex­trême droite, qui de­puis di­manche soir se pose en vic­time de la « col­lu­sion du sys­tème » contre lui, la for­mule fait-elle tou­te­fois vrai­ment mouche ? Pas si sûr. En ef­fet, le se­cond tour des ré­gio­nales est à ce titre plein d’en­sei­gne­ments : les ci­toyens se sont lar­ge­ment mo­bi­li­sés pour ap­prou­ver le f ront ré­pu­bli­cain contre le par­ti le­pé­niste. En prime, ils sont de plus en plus nom­breux à plé­bis­ci­ter l’idée d’un gou­ver­ne­ment d’union na­tio­nale. Très forte après les at­ten­tats du 13 no­vembre, la ten­dance se confirme ma­ni­fes­te­ment. Se­lon notre son­dage, ils sont 68 % à l’ap­pe­ler de leurs voeux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.