Pour­quoi le smic aug­mente si peu

Le sa­laire mi­ni­mum ne pro­gres­se­ra que de 0,6 % au 1er jan­vier. En n’ac­cor­dant pas de coup de pouce sup­plé­men­taire, le gou­ver­ne­ment veut pré­ser­ver les en­tre­prises.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - BO­RIS CAS­SEL

SIX EU­ROS net de plus par mois… C’est l’aug­men­ta­tion of­ferte aux smi­cards à par­tir du 1er jan­vier 2016. Le sa­laire mi­ni­mum pour un plein­temps s’élè­ve­ra à 1 143 € net (1 466,62 € brut) men­suels. Le gou­ver­ne­ment a en ef­fet of­fi­cia­li­sé hier l’évo­lu­tion du sa­laire mi­ni­mum pour 2016 à + 0,6 %, dou­chant ain­si les es­poirs des syn­di­cats qui es­pé­raient un coup de pouce. Le gou­ver­ne­ment s’en est, à peu de chose près, te­nu à l’aug­men­ta­tion dite « au­to­ma­tique » du smic. Cette der­nière est cal­cu­lée grâce à une for­mule ma­thé­ma­tique te­nant compte de l’in­fla­tion (- 0,1 % cette an­née) et de l’évo­lu­tion du pou­voir d’achat du sa­laire horaire de base ou­vrier et em­ployé (1,2 % sur un an). « Dans le contexte ac­tuel, nous consi­dé­rons qu’un coup de pouce n’est pas la meilleure so­lu­tion pour aug­men­ter le pou­voir d’achat », a jus­ti­fié hier My­riam El Khom­ri. Pour­quoi ? Car la mi­nistre du Tra­vail craint des ef­fets né­ga­tifs sur « le coût du tra­vail et donc l’emploi ».

« Aug­men­ter le smic, c’est aus­si aug­men­ter le coût du tra­vail. Et le gou­ver­ne­ment a fait le choix de ne pas nuire à la com­pé­ti­ti­vi­té des en­tre­prises », dé­crypte Yan­nick L’Hor­ty, éco­no­miste à l’uni­ver­si­té Pa­risEst de Marne-la-Val­lée (Seine-et- Marne). Or, pour les mi­lieux pa­tro­naux — une opi­nion par­ta­gée par nombre d’éco­no­mistes —, un coût du tra­vail en hausse, ce sont des em­bauches qui ne se font pas. « Une telle dis­po­si­tion vien­drait en ef­fet ren­ché­rir le coût du tra­vail et frei­ne­rait les pers­pec­tives d’em­bauche », ex­plique-t-on, ain­si, à l’Union pro­fes­sion­nelle ar­ti­sa­nale (UPA). Avant de pré­ci­ser : « Les en­tre­prises ne dis­posent pas des marges de ma­noeuvre qui per­met­traient d’en­vi­sa­ger dès à pré­sent une hausse des sa­laires. »

Ef­fet sur les autres sa­laires

D’au­tant que, se­lon l’UPA, les ef­fets sur le coût du tra­vail ne se li­mi­te­raient pas seule­ment aux smi­cards. Un coup de pouce nui­rait à « la pro­gres­si­vi­té des sa­laires dans les en­tre­prises de l’ar­ti­sa­nat et du com­merce de proxi­mi­té ». En ef­fet, lorsque le bas de l’échelle des sa­laires est re­le­vé, les étages su­pé­rieurs bougent aus­si… « Les aug­men­ta­tions du smic se ré­per­cutent sur les autres sa­laires, jus­qu’à 1,5 smic », as­sure Eric Heyer, éco­no­miste à l’OFCE.

Ayant dé­blo­qué 40 Mds€ pour res­tau­rer les marges des en­tre­prises avec le pacte de res­pon­sa­bi­li­té, le gou­ver­ne­ment semble vou­loir pour­suivre sa po­li­tique en fa­veur de la com­pé­ti­ti­vi­té. Et ce, même si les résultats sur le front de l’emploi ne sont tou­jours pas au ren­dez-vous. Le taux de chô­mage de l’In­see a at­teint 10,2 % de la po­pu­la­tion ac­tive en mé­tro­pole au troi­sième tri­mestre. Du ja­mais-vu de­puis 1997.

Pour fa­vo­ri­ser l’emploi, ne fau­drait-il pas plu­tôt, comme le pré­co­nisent les syn­di­cats, pa­rier sur un coup de pouce au pou­voir d’achat qui re­met­trait un peu de car­bu­rant dans l’éco­no­mie ? « Pour le pou­voir d’achat, le gou­ver­ne­ment pré­fère s’ap­puyer sur des le­viers fis­caux comme la fu­ture prime d’ac­ti­vi­té (NDLR : fruit de la fu­sion entre la prime pour l’emploi et le RSA dit « ac­ti­vi­té ») . Ce­la per­met de mieux ci­bler les bas re­ve­nus qu’une hausse du smic. Un smicard peut en ef­fet vivre avec quel­qu’un de plus ai­sé », ex­plique l’éco­no­miste Yan­nick L’Hor­ty. Tech­ni­que­ment, la dé­ci­sion se tient. Po­li­ti­que­ment, au len­de­main d’élec­tions ré­gio­nales mar­quées par un fort re­cul de la ma­jo­ri­té et un score re­cord du Front na­tio­nal, elle fait l’ef­fet d’une pe­tite bombe. « Le gou­ver­ne­ment conti­nue comme s’il ne s’était rien pas­sé », a ain­si fus­ti­gé Jean-Claude Mailly, nu­mé­ro un de Force ou­vrière, sur Twit­ter hier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.