Pierre Ra­ba­dan, ap­pe­lez le « Mon­sieur le conseiller »

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - DA­VID OPOCZYNSKI

IL AVOUE que ce­la va lui faire un peu bi­zarre. Mar­di 22 dé­cembre, Pierre Ra­ba­dan re­ce­vra ses an­ciens par­te­naires du Stade Fran­çais dans les sa­lons de l’Hô­tel de Ville de Pa­ris pour le Noël de la mai­rie. A 35 ans, l’an­cien troi­sième ligne, quin­tuple cham­pion de France avec le club de la ca­pi­tale, est en ef­fet le conseiller sport de la maire de Pa­ris, Anne Hi­dal­go. A dé­faut d’avoir pu as­sis­ter au der­nier match de sa car­rière, en mai der­nier, au stade Jean-Bouin, contre Mont­pel­lier (35-21), celle-ci lui avait fait par­ve­nir un mes­sage : « J’ai­me­rais te voir à la fin de la sai­son. » « Elle m’a pro­po­sé d’être son conseiller au sport, ra­conte Ra­ba­dan. J’ai ac­cep­té. » La maire de Pa­ris sou­hai­tait s’at­ta­cher les ser­vices d’un an­cien spor­tif de haut ni­veau dans la pers­pec­tive, no­tam­ment, de la can­di­da­ture aux Jeux olym­piques 2024.

Ima­gi­nait-il son après-car­rière prendre un tel vi­sage ? « Ab­so­lu­ment pas ! sou­rit-il der­rière son bu­reau, si­tué au qua­trième étage de l’Hô­tel de Ville. Ce­la a bou­le­ver­sé tous les scé­na­rios que j’avais des­si­nés, mais de ma­nière po­si­tive. Je suis heu­reux et ho­no­ré de la confiance qu’elle m’a faite. J’es­saie tous les jours d’y ré­pondre po­si­ti­ve­ment. »

Le der­nier filtre avant Anne Hi­dal­go

De­puis sa prise de fonc­tion, il y a un peu plus de deux mois, Ra­ba­dan n’a guère eu le temps de souf­fler. Chaque jour, une cen­taine de mails tombent sur sa mes­sa­ge­rie. Il pro­fite de ses soi­rées pour y ré­pondre en res­tant par­fois jus­qu’à plus de 23 heures dans le calme de son bu­reau. Le reste de sa jour­née, Ra­ba­dan mul­ti­plie les ren­dez-vous, sur le ter­rain. « Quand on vient du monde spor­tif, et non ad­mi­nis­tra­tif, on ar­rive avec l’uto­pie de faire avan­cer les choses peut-être par­fois plus vite que ce qu’elles peuvent, sou­rit-il. Mais c’est aus­si ce qui plaît aux gens avec qui je tra­vaille. »

Concrè­te­ment, Ra­ba­dan est au- jourd’hui « le der­nier filtre » avant Anne Hi­dal­go. « Le sport à Pa­ris, ce n’est bien sûr pas que moi », tem­père-t-il en ci­tant l’ad­joint aux sports, Jean-Fran­çois Mar­tins, son ca­bi­net, et la Di­rec­tion de la jeunesse et des sports, avec qui il tra­vaille en étroite col­la­bo­ra­tion. Et s’il es­père pou­voir ai­der Pa­ris à ob­te­nir les Jeux, il sou­ligne aus­si l’autre as­pect es­sen­tiel de sa mis­sion : le sport de proxi­mi­té. « Il faut trou­ver de nou­velles ma­nières de faire du sport, de nou­veaux es­paces, ex­plique-t-il. Il faut dé­ve­lop­per une offre spor­tive qui colle plus à la réa­li­té pa­ri­sienne. Non seule­ment parce que c’est bon de faire du sport en termes de san­té, mais aus­si parce que c’est un très bon ou­til de ras­sem­ble­ment éducatif. » De sa voix grave, il conclut : « A la fin du man­dat (NDLR : en 2020), si je suis en­core là, j’ai­me­rais qu’on puisse dire qu’on fait du sport plus fa­ci­le­ment dans Pa­ris que six ans au­pa­ra­vant. »

VI­DÉO

le­pa­ri­sien.fr

La nou­velle vie de Pierre Ra­ba­dan

Hô­tel de Ville (Pa­ris IVe), hier. Pierre Ra­ba­dan, an­cien 3e ligne quin­tuple cham­pion de France avec le Stade Fran­çais, est au­jourd’hui le conseiller sport de la maire de Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.