« Qu’im­porte l’âge tant qu’on est per­for­mant »

Le Parisien (Paris) - - SPORTS ILE-DE-FRANCE - BEIN SPORTS 1, 20 H 30 Pro­pos recueillis par STÉ­PHANE BIAN­CHI

CONFRON­TÉES à un ca­len­drier sur­char­gé, cer­taines têtes d’af­fiche comme Ni­ko­la Ka­ra­ba­tic (ad­duc­teurs), Mik­kel Hansen (ge­nou), Jé­rôme Fer­nan­dez (ad­duc­teurs) ou Mi­chaël Gui­gou (main) ont dû re­non­cer à par­ti­ci­per à la 3e édi­tion du Hand Star Game qui se tient ce soir (20 h 30) dans un Ac­corHo­tels Are­na flam­bant neuf. Mais en dé­pit de son sta­tut de doyen de D 1, Thier­ry Omeyer (39 ans) se­ra bien pré­sent dans la cage tri­co­lore. A 39 ans, quel est votre se­cret pour être aus­si ré­sis­tant ? THIER­RY OMEYER. Je n’ai pas de se­cret, si ce n’est que je me sens bien dans ma tête et dans mon corps. J’ai la chance qu’il ( NDLR : son corps) me laisse tran­quille. Je fais en sorte d’avoir une bonne hy­giène de vie parce que je sais que c’est né­ces­saire pour du­rer. Il n’y a donc pas que le vin qui se bo­ni­fie avec l’âge ? C’est sûr que 39 ans ce n’est pas tout jeune. Mais qu’im­porte l’âge tant qu’on est per­for­mant. Ça fait quelques an­nées dé­jà que je suis le plus vieux de l’équipe dans la­quelle je joue. Et ça ne va pas al­ler en s’ar­ran­geant (rires). Je suis conscient que ça s’ar­rê­te­ra un jour. Mais j’es­père que ce se­ra le plus tard pos­sible car j’aime vrai­ment ces mo­ments-là. Les for­faits de Jé­rôme Fer­nan­dez et des autres têtes d’af­fiche gâchent-ils la fête ? C’est dom­mage pour Jé­rôme. C’est dé­jà com­pli­qué pour un spor­tif de se bles­ser, mais là, c’est en­core plus em­bê­tant car il semble en avoir pour un pe­tit mo­ment. Je lui sou­haite de re­ve­nir ra­pi­de­ment. Après il reste beau­coup de très grands joueurs, le Hand Star Game se­ra une belle fête quand même. Un joueur qui, comme vous, a ga­gné tous les titres, prend-il du plai­sir sur ces matchs de ga­la ? C’est tou­jours bien de faire par­tie de la fête ! Après, ce ne sont pas les matchs les plus ri­go­los pour les gar­diens ( rires). Ça manque un peu d’in­ten­si- té en dé­fense, les gars es­sayent de te mettre des rou­cou­lettes, des cha­ba­las, de faire un peu le spec­tacle à tes dé­pens… Mais perdre ou ga­gner n’est pas l’es­sen­tiel. Et puis nous, les gar­diens, on va aus­si es­sayer de faire le spec­tacle. Y a-t-il un es­prit co­car­dier dans cette op­po­si­tion entre meilleurs Fran­çais et étran­gers de D 1 ? En gé­né­ral, quand le match est un peu ser­ré à la fin, il y a un mo­ment ou ça s’ac­cé­lère car tout le monde a en­vie de ga­gner… Mais comme on ( les Fran­çais) a per­du la der­nière édi­tion, ce se­rait bien qu’on l’em­porte cette an­née.

« nous, les gar­diens, on va aus­si es­sayer de faire le spec­tacle »

nL’EN­TENTE SSG (CFA) peut se his­ser en tête du groupe A (avec Was­que­hal et Pois­sy) en cas de suc­cès ce soir (19 heures, stade Hi­dal­go à St-Gra­tien) sur Lens (b) (15e). Ibra­hi­ma Trao­ré et Dra­mane Ko­né (ge­noux) sont for­faits.

(LP/Icon Sport/An­dré Fer­rei­ra.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.