Les Fe­men as­sument leur ac­tion an­ti-Ma­nif pour tous

Le Parisien (Paris) - - PARIS - Hé­loïse, ex-mi­li­tante Fe­men CÉ­CILE BEAULIEU

LE 18 NO­VEMBRE 2012, elles avaient fait ir­rup­tion dans une ma­ni­fes­ta­tion contre le ma­riage ho­mo­sexuel, or­ga­ni­sée par l’as­so­cia­tion d’ex­trême-droite Ci­vi­tas. Coif­fées de voiles de nonne, seins nus re­cou­verts de l’ins­crip­tion « Fuck Church », « Que l’église s’oc­cupe de son… », vê­tues de porte-jar­re­telles, et ar­mées d’aé­ro­sols por­tant la men­tion « Je­sus sperm », six Fe­men, un mou­ve­ment d’ac­ti­vistes fé­mi­nistes, avaient por­té, ave­nue de l’Ecole-Mi­li­taire (VIe), haut et fort leur mes­sage « contre les ex­tré­mistes re­li­gieux ».

Hier, de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel où elles n’étaient que trois, Va­lé­rie, Sa­rah et Hé­loïse, qui ont toutes au­jourd’hui quit­té le mou­ve­ment, ont l’ap­pa­rence de sages jeunes femmes, même si elles n’ont en rien re­nié leur en­ga­ge­ment de l’époque. Con­vo­quées de­vant la jus­tice par l’Agrif (Alliance gé­né­rale contre le ra­cisme et pour le res­pect de l’iden­ti­té fran­çaise et chré­tienne) — as­so­cia­tion de droite — pour « in­jure pu­blique contre les ca­tho­liques », elles per­sistent et signent, d’une même voix po­sée. « Les aé­ro­sols, c’était pour éteindre le bra­sier in­té­griste, dé­taille Hé­loïse, fé­mi­niste de la pre­mière heure, qui avoue avoir été sé­duite par l’hu­mour dé­ca­pant du mou­ve­ment Fe­men. A au­cun mo­ment, je n’ai ima­gi­né que nous al­lions être mo­les­tées par le ser­vice d’ordre de Ci­vi­tas. Nous avons toutes été très cho­quées, et avons por­té plainte pour les vio­lences in­fli­gées. » Des plaintes ac­tuel­le­ment à l’ins­truc­tion. De l’autre cô­té de la barre, on évoque « le pre­mier pro­cès in­ten­té par l’Agrif contre les Fe­men », et au­quel, via les ré­seaux so­ciaux, les sym­pa­thi­sants ont été conviés à « ve­nir ma­ni­fes­ter leur sou­tien si­len­cieux à l’as­so­cia­tion ». Mot d’ordre res­pec­té… A l’ex­cep­tion de quelques ri­ca­ne­ments qui ont failli va­loir l’ex­pul­sion à une mi­li­tante. Car le hap­pe­ning des Fe- men fut plu­tôt épique : « Vous avez vi­dé vos aé­ro­sols sur les ma­ni­fes­tants et no­tam­ment des en­fants en pous­sette, non ? » in­ter­roge la pré­si­dente. « Parce que nous avons été sai­sies par nos voiles et mo­les­tées, rec­ti­fie une mi­li­tante. Si­non, il était pré­vu d’ar­ro­ser le sol du sperme du Ch­rist. » Mais, dans une am­biance de foire d’em­poigne avec le ser­vice d’ordre de Ci­vi­tas, les jeunes femmes se sont trou­vées contraintes de se ré­fu­gier der­rière les CRS qui pro­té­geaient une contre-ma­ni­fes­ta­tion de la LGBT… Les ré­qui­si­tions de­vaient être don­nées tard hier soir et le ju­ge­ment mis en dé­li­bé­ré.

« Les aé­ro­sols, c’était pour éteindre le bra­sier

in­té­griste »

(LP/Jean-Bap­tiste Quen­tin)

Ecole Mi­li­taire (VIIe), le 18 no­vembre 2012. Les Fe­men, dé­gui­sées en nonnes, avaient per­tur­bé une ma­ni­fes­ta­tion contre le ma­riage pour tous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.