La stra­té­gie du chaos

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - JEAN-MA­RIE MON­TA­LI

Les ra­clées suc­ces­sives du PS n’empêchent pas Fran­çois Hol­lande de se re­voir à l’Ely­sée à par­tir de 2017. C’est que la gauche, di­vi­sée entre so­cia­listes lé­gi­ti­mistes, ré­for­mistes, fron­deurs qui ne pèsent pas grand-chose, éco­lo­gistes qui ne pèsent pas da­van­tage et une gauche de la gauche qua­si in­exis­tante, peut comp­ter sur l’op­po­si­tion pour lui faire la courte échelle. Les Ré­pu­bli­cains sont en ef­fet bien trop oc­cu­pés à s’en­tre­dé­chi­rer et à cou­rir après le FN pour of­frir une al­ter­na­tive cré­dible. Sar­ko­zy ? Ils sont de moins en moins nom­breux, dans son propre camp, à le voir comme un atout pour la pré­si­den­tielle. Une droite dis­per­sée, c’est, à coup sûr, Ma­rine Le Pen au 2e tour. L’ac­tuel pré­sident pour­rait alors nous re­faire le coup de la « France unie » de Mit­ter­rand en 1988, ou ce­lui de « la France en grand, la France en­semble », de Chi­rac en 2002. Evi­dem­ment, comme pro­jet po­li­tique pour contrer la mon­tée de l’ex­trême droite, ça ne vole pas très haut. Mais ça peut me­ner loin. jm­mon­ta­li@le­pa­ri­sien.fr

@jean­ma­rie­mon­tal

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.