L’an­goisse du re­tour aux urnes

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE - MAR­TINE CHE­VA­LET

C’EST L’UNE des consé­quences des élec­tions ré­gio­nales. Si quelques cu­mu­lards font de la ré­sis­tance, d’autres ont dé­ci­dé, dans la fou­lée de leur vic­toire en ré­gion, de lâ­cher leur man­dat de par­le­men­taire. Du coup, au moins six lé­gis­la­tives par­tielles de­vraient avoir lieu dans les trois mois qui viennent. Une pers- pec­tive qui n’en­chante pas, mais alors pas du tout les états-ma­jors en­core se­coués par la pous­sée du FN.

A l’As­sem­blée, le pré­sident du groupe LR, Ch­ris­tian Ja­cob, a dé­jà pré­ve­nu ses col­lègues. At­ten­tion au choix de vos dau­phins, car les par­tielles sont sy­no­nymes de très forte abs­ten­tion et mettre un in­con­nu en piste peut nous coû­ter très cher, leur a-t-il dit en sub­stance. Si Va­lé­rie Pé­cresse va lais­ser son siège de dé­pu­tée des Yve­lines pour se consa­crer à l’Ilede-France, ce sont les cir­cons­crip­tions de Xa­vier Ber­trand dans l’Aisne et de Gé­rald Dar­ma­nin, maire de Rou­baix (Nord), qui donnent dé­jà des sueurs froides aux Ré­pu­bli­cains. Le FN risque d’y faire de nou­veaux « car­tons ».

Le PS a dé­jà per­du sa ma­jo­ri­té ab­so­lue à l’As­sem­blée

Le PS est à l’ori­gine de la loi sur le non-cu­mul des man­dats, mais le groupe so­cia­liste qui a dé­jà per­du la ma­jo­ri­té ab­so­lue (il faut 289 sièges il n’en a plus que 287) n’en­tend pas ajou­ter du risque au risque. Deux cas em­blé­ma­tiques ai­guisent les cri­tiques : ceux de l’ex-se­cré­taire d’Etat au Com­merce, Ca­role Del­ga, qui a rem­por­té la ré­gion Lan­gue­doc-Rous­sillon-Mi­di-Py­ré­nées et d’Alain Rous­set, pré­sident sor­tant de la ré­gion Aqui­taine qui a été ré­élu di­manche. L’un et l’autre res­te­ront au Pa­lais-Bour­bon : Del­ga pour, dit-elle, « me­ner à terme le man­dat qui lui a été confié ». Rous­set… sim­ple­ment, car rien ne l’y oblige ! La loi re­la­tive au non-cu­mul des man­dats n’en­tre­ra, en ef­fet, en vi­gueur qu’en mars 2017. Il se­ra alors in­ter­dit d’exer­cer à la fois un man­dat exé­cu­tif lo­cal et ce­lui de par­le­men­taire. « Que ceux qui cu­mulent le plus et ont vo­té contre la loi ne viennent pas nous don­ner des le­çons ! », s’agace Ch­ris­tophe Bor­gel, rap­por­teur à l’As­sem­blée de la loi an­ti­cu­mul. Quant au main­tien de Del­ga et de Rous­set, il re­con­naît que son par­ti « n’a au­cune rai­son de se ti­rer une balle dans le pied en fai­sant des par­tielles qui peuvent être dif­fi­ciles ».

Deux lé­gis­la­tives par­tielles sont aus­si à pré­voir en Bour­gogne, où le cen­triste Fran­çois Sau­va­det, bat­tu di­manche, va se consa­crer à ses man­dats lo­caux, et en Nor­man­die, où l’an­cien mi­nistre UDI de la Dé­fense Her­vé Mo­rin, vain­queur sur le fil face à la gauche, va aus­si quit­ter son siège de dé­pu­té. En Rhône-Alpes, Laurent Wau­quiez, nou­veau pré­sident LR de la ré­gion Au­vergne-Rhône-Alpes, se conten­te­ra de pas­ser la main dans sa mai­rie du Puy-en-Ve­lay. Bru­no Re­tailleau, pré­sident du groupe LR au Sé­nat, en­tend bien cu­mu­ler, après sa vic­toire en Pays de Loire.

Ca­role Del­ga (PS) a em­por­té la ré­gion Lan­gue­doc-Rous­sillon - Mi­di-Py­ré­nées, mais compte bien me­ner à terme son man­dat de dé­pu­tée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.