Une ONG at­taque Sam­sung France en jus­tice

Le nu­mé­ro 1 mon­dial des smart­phones est en­core mis en cause pour les condi­tions de tra­vail de ses ou­vriers en Chine. L’as­so­cia­tion fran­çaise Sher­pa dé­pose plainte au­jourd’hui.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - L’as­so­cia­tion Sher­pa MAT­THIEU PELLOLI ET BÉRANGÈRE LEPETIT

L’HIS­TOIRE sans fin ? Pas sûr… Le vieux conten­tieux qui op­pose Sher­pa, l’as­so­cia­tion de dé­fense des vic­times de crimes éco­no­miques, et Sam­sung France, fi­liale du géant co­réen de l’élec­tro­nique, re­bon­dit au­jourd’hui. Se­lon nos in­for­ma­tions, l’ONG pour­suit di­rec­te­ment Sam­sung France pour « pra­tiques com­mer­ciales trom­peuses ». Le cour­rier est par­ti ce ma­tin. La date du pro­cès de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Bo­bi­gny — Sam­sung France ayant son siège so­cial en Seine-SaintDe­nis — de­vrait être fixée pro­chai­ne­ment.

Alors que de nom­breux pro­duits et té­lé­phones Sam­sung se re­trou­ve­ront au pied des sa­pins de Noël le 24 dé­cembre, « Sam­sung France ment en pu­bliant des en­ga­ge­ments éthiques et en af­fir­mant que ceux-ci sont res­pec­tés par­tout dans le monde », croit sa­voir Sher­pa. De­vant le tri­bu­nal, l’ONG au­ra la charge de prou­ver les ac­cu­sa­tions qu’elle avance. Pour ré­di­ger la ci­ta­tion di­recte à l’ori­gine de la pro­cé­dure, Sher­pa s’est ap­puyé sur les en­quêtes de Chi­na La­bor Watch (CLW), une ONG chi­noise ac­tive de­puis le dé­but des an­nées 2000.

Sher­pa dé­nonce de graves en­torses à la loi chi­noise en ma­tière de « tra­vail des en­fants, de sécurité et de san­té des sa­la­riés », en vio­la­tion des règles éthiques de Sam­sung. Pour ob­te­nir ces élé­ments à charge, des membres de CLW se sont in­fil­trés dans plu­sieurs usines chi­noises où sont fa­bri­qués des pro­duits Sam­sung. « La loi chi­noise fixe l’âge lé­gal du tra­vail à 16 ans, sou­ligne-ton chez Sher­pa, mais CLW a iden­ti­fié plu­sieurs en­fants de moins de 16 ans en train de tra­vailler dans les usines. » Certes, tous ces faits sont pré­su­més avoir eu lieu en Chine, sauf que « Sam­sung en­tend pro­mou­voir un monde meilleu­ren étant une en­tre­prise ci­toyenne so­cia­le­ment res­pon­sable », dé­taille Ma­rie-Laure Guis­lain, res­pon­sable du conten­tieux chez Sher­pa.

Pour­quoi l’ONG se lance-t-elle dans une nou­velle pro­cé­dure ? En fé­vrier 2013, Sher­pa avait, en ef­fet, por­té plainte contre Sam­sung France de­vant la pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Bo­bi­gny. L’en­quête ou- verte avait fi­na­le­ment été clas­sée sans suite en dé­cembre 2014. « Nous avons beau­coup plus de preuves qu’au­pa­ra­vant, es­time Ma­rie-Laure Guis­lain. Nous dis­po­sons de plu­sieurs rap­ports ré­cents et étayés de Chi­na La­bor Watch, da­tés de 2014 de 2015. »

Contac­té, Sam­sung France n’a sou­hai­té faire « au­cun com­men­taire sur la dé­ci­sion de jus­tice pré­cé­dente (NDLR : le clas­se­ment sans suite). Pour l’ins­tant, nous n’avons rien re­çu, il nous est im­pos­sible de com­men­ter quoi que ce soit », pour­suit un porte-pa­role de Sam­sung France.

« Les pra­tiques et le dis­cours de Sam­sung mé­ritent d’être sanc­tion­nés, es­time de son cô­té Alain Ba­zot, pré­sident de l’UFC-Que choi­sir, la prin­ci­pale as­so­cia­tion de consom­ma­teurs en France. Ce­la ré­pond à une at­tente du consom­ma­teur qui de­vient de plus en plus exi­geant sur la tra­ça­bi­li­té des pro­duits. » Avant de re­con­naître que « vu le duo­pole d’Apple et Sam­sung dans la té­lé­pho­nie mo­bile, il est au­jourd’hui très dif­fi­cile pour le consom­ma­teur d’échap­per à ces en­tre­prises ».

« Sam­sung France ment

en pu­bliant des en­ga­ge­ments éthiques »

La plainte de Sher­pa s’ap­puie sur un rap­port de l’ONG chi­noise Chi­na La­bor Watch, dont des membres se sont in­fil­trés dans des usines pro­dui­sant des pro­duits Sam­sung en Chine, dé­non­çant le tra­vail des en­fants et des at­teintes à la sécurité des em­ployés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.