Pen­sez-vous que l’on s’oc­cupe as­sez des per­sonnes âgées ?

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - F.D.

Phi­lippe Gi­raud

45 ans, ani­ma­teur de ré­seaux Reims (51) « Ja­mais as­sez. On vit dans un monde in­di­vi­dua­liste, et on se rend compte, sou­vent trop tard, que l’on a pas as­sez pro­fi­té des an­ciens. Mes pa­rents sont ré­cem­ment dé­cé­dés, et même si nous les voyions sou­vent dans l’an­née et bien sûr, pour Noël, je me dis que nous au­rions dû faire plus. Ils étaient si heu­reux de faire des ca­deaux aux en­fants pour les fêtes, d’of­frir du plai­sir à tout le monde. »

Jo­siane No­sel

76 ans, re­trai­tée Stras­bourg (67) « Pas du tout. Nous sommes des ou­bliés. J’ai neuf en­fants et je ne vois plus que deux de mes filles. Pour Noël, c’est moi qui les in­vite avec leurs en­fants, si­non, je ne se­rais ja­mais conviée. Le reste de l’an­née, j’ai très ra­re­ment des nou­velles de­cha­cun. Bien sûr, il y a l’éloi­gne­ment géo­gra­phique qui joue, mais quand il s’agit de prendre des nou­velles, je m’en charge moi-même. »

Flo­rence Stae­che­lin

53 ans, comptable Mon­ti­gny-lès-Metz (57) « Oui, tout au moins lorsque les fa­milles ne sont pas écla­tées. C’est sou­vent l’éloi­gne­ment qui fait que l’on voit moins les an­ciens. Je m’en suis ren­du compte lorsque je tra­vaillais dans une mai­son de re­traite. Dans ma famille, fran­coa­fri­caine, on fonc­tionne en tri­bu et les per­sonnes âgées sont au centre de tout. C’est es­sen­tiel, pour elles, pour les en­fants qu’elles adorent gâ­ter, mais aus­si pour les adultes. »

Ab­del-Krim Se­ghi­ri

53 ans, plom­bier Mont­fer­meil (93) « Il fau­drait que ce soit le cas. Com­ment peut-on lais­ser les an­ciens seuls ? Ma mère, veuve, qui a douze en­fants, n’ira ja­mais en mai­son de re­traite. Elle vit chez ma soeur, nous nous re­layons pour l’em­me­ner chaque été en va­cances et elle vit en­tou­rée de sa grande famille toute l’an­née. Nous nous ef­for­çons de lui rendre tout ce qu’elle nous a of­fert dans notre jeunesse. »

Sé­ve­rine Mau­goutVan-Bra­bant

39 ans, en­sei­gnante Saint-An­dré-des-Ver­gers (10) « Non. La plu­part des gens se dé­bar­rassent des per­sonnes âgées en les pla­çant en mai­son de re­traite, no­tam­ment, quitte à payer. C’est cha­cun pour soi. La ma­mie pa­ter­nelle de mes en­fants y est hé­ber­gée, à 83 ans, et ne voit que très ra­re­ment sa famille, à l’oc­ca­sion d’un goû­ter, pas plus. Même pas pour Noël alors que les en­fants la ré­clament. » Et si c’est vous qui ne sa­vez pas com­ment or­ga­ni­ser le ré­veillon avec un proche âgé, car il vous semble trop fa­ti­gué et dé­pen­dant pour le sup­por­ter (no­tam­ment quand il est en mai­son de re­traite), n’hé­si­tez pas à té­lé­char­ger le guide gra­tuit mis en ligne sur Ca­pre­traite.fr. Avec « Des fêtes réus­sies avec un proche âgé », ce ser­vice re­cense tout ce à quoi il faut pen­ser pour pré­ve­nir les risques et pas­ser un bon mo­ment. Et donne même des idées de sor­ties adap­tées (concert, cirque) et d’ac­ti­vi­tés à faire avec une per­sonne très âgée. Un nu­mé­ro vert est éga­le­ment ou­vert, avec qua­rante conseillers, spé­cia­listes en gé­ron­to­lo­gie à la dis­po­si­tion des fa­milles pour les ques­tions pra­tiques : 0.800.891.491.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.