Bles­sée au flash-ball pen­dant l’opé­ra­tion de po­lice

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS - Mont­ma­gny (Val-d’Oise) AN­THO­NY LIEURES

UN SIMPLE contrôle de po­lice a vio­lem­ment dé­gé­né­ré, dans la nuit de mar­di à mer­cre­di, à Mont­ma­gny (Val-d’Oise). Vi­sés par une pluie de pro­jec­tiles en tous genres (pierres, bou­teilles, bâ­tons, ba­lais…), les po­li­ciers ont ré­pli­qué par un tir de fla­sh­ball. Dans la co­hue, une jeune femme de 18 ans a été tou­chée à la main. Sa famille a por­té plainte au­près de l’ins­pec­tion gé­né­rale de la po­lice na­tio­nale (IGPN), la po­lice des po­lices.

Rue des Car­rières mar­di soir, dans un quar­tier plu­tôt calme, cer­tains lo­ca­taires se plaignent du bruit fait par deux jeunes hommes. La po­lice dé­barque et contrôle les deux in­di­vi­dus âgés d’une ving­taine d’an­nées. L’un d’eux se re­belle alors, re­fuse le contrôle et tente, d’après les po­li­ciers, de les frap­per avec un bâ­ton.

Vingt et un jours d’ar­rêt

Que s’est-il pas­sé alors ? Se­lon cer­tains té­moins, la ré­plique des forces de l’ordre est « très vio­lente ». Aus­si­tôt les in­sultes fusent. Les cris ra­meutent d’autres jeunes du quar­tier, les ob­jets com­mencent à pleu­voir. Une voi­ture de po­lice est to­ta­le­ment ra­va­gée. Sous le tir de pro­jec­tiles, un po­li­cier fait usage de son flash-ball en di­rec­tion d’un bal­con au 1er étage, d’où sont je­tés no­tam­ment des ba­lais et même un arbre à chat. An­drea, une jeune femme de 18 ans, est tou­chée par le tir à la main droite. Elle est trans­por­tée dans une cli­nique de L’Isle-Adam (Val-d’Oise), spé­cia­li­sée dans la chi­rur­gie de la main. Ré­sul­tat : vingt et un jours d’ar­rêt de tra- vail pour cette ap­pren­tie coif­feuse, qui as­sure « ne rien avoir je­té sur les po­li­ciers. »

C’est en fait son grand frère, ami d’en­fance de l’un des jeunes contrô­lés par la po­lice, qui était vi­sé par le tir. « Il a je­té quelque chose. Le po­li­cier a ti­ré. Mon frère a es­qui­vé. J’ai mis la main, mais c’est moi qui aie été tou­chée », ex­plique An­drea. Son père, Bru­no, était lui ul­cé­ré contre l’in­ter­ven­tion « scan­da­leuse », d’après lui, des forces de l’ordre. « Ce­la fait dix-neuf ans que j’ha­bite ici et je n’avais vu ça, ra­conte-t-il. Tout était calme. C’était un contrôle nor­mal. Les po­li­ciers ont été tel­le­ment vio­lents avec l’ami de mon fils que ce­la a to­ta­le­ment dé­gé­né­ré. Per­sonne n’a com­pris pour­quoi. En­suite, c’était Bag­dad (sic), les pro­jec­tiles tom­baient de par­tout », ad­met-il. D’après lui, les po­li­ciers ont « me­not­té et se sont mis à trois » sur l’un des jeunes. Contac­tée hier, la di­rec­tion de la sécurité pu­blique du Vald’Oise n’a pas sou­hai­té com­men­ter une « af­faire sou­mise à en­quête ».

Le maire (LR) de la com­mune, Pa­trick Flo­quet, a re­gret­té cette soi­rée de vio­lences « par­tie de rien ». Il dit re­ce­voir « ré­gu­liè­re­ment » des cour­riers d’ha­bi­tants se plai­gnant de gens qui font beau­coup de bruit le soir. « Il y a une par­tie des ha­bi­tants qui se plaignent de nui­sances, et quand les po­li­ciers in­ter­viennent, c’est une autre par­tie qui est mé­con­tente et s’en prend aux po­li­ciers », condamne-t-il. Il en ap­pelle à « plus de me­sure » chez ses ad­mi­nis­trés, leur de­man­dant de « lais­ser tra­vailler les forces de l’ordre ».

000 € de faux billets ont été sai­sis dans le cadre d’une quête conjointe de l’Of­fice cen­tral pour la ré­pres­sion du faux mon­nayage, de la PJ de Ver­sailles et du com­mis­sa­riat de Con­flans-Sainte-Ho­no­rine (Yve­lines). Sur les treize per­sonnes in­ter­pel­lées en Seine-Saint-De­nis, dans les Yve­lines et en Isère, six ont été mises en exa­men et écrouées mar­di soir pour un tra­fic de faux billets entre l’Ita­lie et la France, d’une va­leur équi­va­lente à 1 M€. nLA PER­PÉ­TUI­TÉ a été re­quise hier à l’en­contre des trois ac­cu­sés d’un triple ho­mi­cide, sur fond de tra­fic de stu­pé­fiants à Mar­seille, aux as­sises des Bouches-du-Rhône. Le 25 dé­cembre 2011, les pom­piers avaient éteint l’in­cen­die d’une voi­ture dans une pi­nède au nord de la ci­té pho­céenne et dé­cou­vert les ca­davres cal­ci­nés sur la ban­quette ar­rière de trois hommes tués par balles. nLA COUR D’AP­PEL de Cham­bé­ry (Sa­voie) a re­lan­cé hier, en an­nu­lant le non-lieu des quatre in­cri­mi­nés pour ho­mi­cide in­vo­lon­taire, le dos­sier de la noyade d’une fillette de 11 ans ori­gi­naire d’Etampes (Es­sonne), lors d’une sor­tie en hy­dros­peed dans la Du­rance en 2009.

Mont­ma­gny (Val-d’Oise), hier. La famille d’An­drea (ici avec le bras en écharpe) a dé­ci­dé de por­ter plainte au­près de l’ins­pec­tion gé­né­rale de la po­lice na­tio­nale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.