Une cen­taine d’Amé­ri­cains ont fait le voyage

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS ET SPECTACLES - LAU­RENCE AL­LE­ZY, GWE­NAEL BOUR­DON ET YANN FO­REIX

« NE ME DE­MAN­DEZ PAS de vous par­ler du film. Je me suis en­dor­mi… » lâche ce spec­ta­teur, l’oeil un brin ha­gard. Il est bien le seul, dans le flot du pu­blic qui quitte l’une des grandes salles du ci­né­ma Europacorp de Trem­blay (Seine-Saint-De­nis). Les fans, ac­cou­rus hier pour dé­cou­vrir le sep­tième épi­sode de « Star Wars », avaient plu­tôt l’oeil pé­tillant. Par­mi eux, un groupe de spec­ta­teurs ve­nus spé­cia­le­ment des Etats-Unis. Ces tou­ristes amé­ri­cains sont re­pé­rables à leur badge jaune, et aux va­lises à rou­lettes qu’ils tirent der­rière eux. Mi­sant sur sa proxi­mi­té avec l’aé­ro­port de Rois­sy, le ci­né­ma Europacorp s’est al­lié avec la com­pa­gnie Air France pour per­mettre à une cen­taine de fans amé­ri­cains de ve­nir dé­cou­vrir le film en France… deux jours avant sa sor­tie outre-At­lan­tique. Prix de l’es­ca­pade : « De 1 500 à 5 000 $ en­vi­ron », pré­cise Yo­hann Stoll, di­rec­teur du ci­né­ma.

Cer­tains n’ont pas hé­si­té, tel Mark, quin­qua­gé­naire new-yor­kais, ar­ri­vé le ma­tin même. « La France est le seul en­droit où je pou­vais le voir avant tout le monde », lâche le fan, s’ins­tal­lant dans le fau­teuil qui lui a été spé­cia­le­ment ré­ser­vé. « C’était un long voyage, mais j’étais tel­le­ment ex­ci­té à l’idée de voir le film, je n’ima­gi­nais pas at­tendre sa sor­tie aux Etats-Unis. » Il a pris soin de se mu­nir d’une af­fiche cla­mant : « I Know the End. You Don’t (NDLR : je connais la fin, pas vous). » « Une fois ren­tré chez moi, c’est sûr, je me tai­rais », pro­met-il.

Cer­tains pu­ristes re­lèvent des in­co­hé­rences

« C’est une réus­site, ça pro­met une belle tri­lo­gie ! Il y a des clins d’oeil au pas­sé, j’at­tends la suite avec im­pa­tience », s’en­thou­siasme Vir­gi­nie, Pa­ri­sienne de 40 ans, qui n’a pas hé­si­té à coif­fer pour l’oc­ca­sion une per­ruque re­pro­dui­sant les my­thiques ma­ca­rons de la prin­cesse Leia. D’autres avaient op­té pour le masque de Dark Va­dor, les capes des je­dis… Phi­lippe et ses en­fants ont sor­ti leurs tee-shirts bar­rés du lo­go de la sa­ga. Voi­là des mois que le pa­pa a po­sé une jour­née de congé, en pré­vi­sion de l’évé­ne­ment. « C’est gé­nial ! J’ai vrai­ment re­trou­vé l’es­prit des pre­miers films, ceux que j’ai vus étant en­fant », confie le ju­riste de 40 ans. Dans son sillage, Li­lian, 9 ans, tem­père l’en­thou­siasme pa­ter­nel : « Oui, en­fin, je di­rais : peut mieux faire, glisse-t-il d’une voix flû­tée. Le film met trop les émo­tions en avant… »

Par­mi les pu­ristes, Sa­my, 25 ans, a re­le­vé des « in­co­hé­rences ». Im­pos­sible d’en­trer dans les dé­tails sans dé­voi­ler l’in­trigue, mais il est for­mel : « Il y a des choses qui ne collent ni avec les pre­miers épi­sodes ni avec l’uni­vers de la sa­ga. » Voi­là qui n’a pas sau­té aux yeux de Ju­liane, 19 ans, qui connaît mal le feuille­ton des aven­tures de Luke Sky­wal­ker : « J’ai dû voir les pre­miers films quand j’étais toute pe­tite. » Ce­la ne l’a pas em­pê­chée d’ap­pré­cier le spec­tacle : « C’est vrai­ment bien fait. Il y a beau­coup d’ac­tion, des ef­fets spé­ciaux réus­sis… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.