Il voit avec les mains

Les Amé­ri­cains épicent leurs fic­tions d’une pointe de fan­tas­tique. La nou­velle sé­rie fran­çaise « Contact » (TF 1, 20 h 50) uti­lise cet in­gré­dient, en do­tant son héros d’un don de vi­sion­naire lié aux ob­jets.

Le Parisien (Paris) - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - SYL­VAIN MERLE

VOIR DES SCÈNES en tou­chant des ob­jets qui y sont rat­ta­chés : voi­là le « don » très par­ti­cu­lier de Tho­mas Adam. Un pou­voir qui per­met à cet homme, condam­né pour meurtre aux Etats-Unis, d’échap­per à la pri­son pour épau­ler le FBI… Alors qu’il se­conde les po­li­ciers dans leurs en­quêtes cri­mi­nelles, il re­çoit un mes­sage me­na­çant : son pe­tit frère, de­ve­nu lieu­te­nant de po­lice, se­rait en dan­ger de mort. Il viole alors son in­ter­dic­tion de sor­tie de ter­ri­toire pour ren­trer en France et dé­barque à Aix-en-Pro­vence après dix ans d’ab­sence. Pen­dant toutes ces an­nées, son frère n’a ja­mais ces­sé d’en­quê­ter sur le meurtre de leurs pa­rents et la dis­pa­ri­tion de leur soeur il y a quinze ans. Un pas­sé dou­lou­reux qui va re­faire sur­face…

Ga­lop d’es­sai ce soir pour « Contact », nou­velle sé­rie po­li­cière de TF 1 qui dif­fuse un double pi­lote (2 x 52 mi­nutes) afin de la tes­ter au­près du pu­blic. Un in­di­vi­du aux ca­pa­ci­tés hors du com­mun qui aide la po­lice dans ses en­quêtes avec, en toile de fond, un mys­tère qui tient en ha­leine… Cette nou­velle mou­ture d’une trame qu’on pen­se­rait usée — on peut pen­ser à « Men­ta­list », « Un­for­get­table », « Dead Zone » ou en­core « Mé­dium » — ne de­vrait pas dé- rou­ter les té­lé­spec­ta­teurs de la chaîne qui pour­raient même être sé­duits.

« J’avais l’en­vie de faire une sé­rie avec un in­gré­dient fan­tas­tique, un genre peu ex­ploi­té en France, ex­plique Ch­ris­tophe Car­mo­na, créa­teur et pro­duc­teur de Contact. En re­gar­dant des do­cu­men­taires sur ces mé­diums qui aident les en­quê­teurs, j’ai dé­cou­vert ce que les Amé­ri­cains ap­pellent la psy­cho­me­try, cette ca­pa­ci­té de per­ce­voir des choses en tou­chant un ob­jet, c’est as­sez peu connu. »

Huit autres épi­sodes dé­jà en cours d’écri­ture

« Contact » s’ins­pire de No­reen Re­nier, une femme qui au­rait — les en­quê­teurs ne re­con­naissent pas avoir re­cours à des mé­diums — as­sis­té le FBI dans plu­sieurs cen­taines d’af­faires. « Dans la réa­li­té, ce qu’elle voit est bien plus flou, il s’agit plus de per­cep­tions, pré­cise le pro­duc­teur. Pour les be­soins de l’his­toire, nous avons pris un peu de dis­tance avec la réa­li­té. »

En se concen­trant, le héros in­car­né par Tho­mas Jouannet a, lui, de vé­ri­tables vi­sions avec des images en ra­fales et au­tant d’in­dices pour les en­quê­teurs. Jo­lie ten­ta­tive fran­çaise dans le genre, « Contact » est suf­fi­sam­ment in­tri­gante pour don­ner en­vie de voir la suite. Mal­gré un pos­tu­lat de dé­part un peu gros, l’en­semble tient la route. Le sys­té­ma­tisme — meurtre, vi­sion, ré­so­lu­tion — pour­rait néan­moins las­ser à la longue. Les au­teurs, qui tra­vaillent sur les huit pro­chains épi­sodes, pré­voient dé­jà de faire dé­ra­per leur héros un peu trop lisse jus­qu’ici.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.