L’élec­tion de la dé­pu­tée fron­deuse agace ses ca­ma­rades

Le Parisien (Paris) - - PARIS - CH­RIS­TINE HEN­RY

LA PO­LÉ­MIQUE au­tour de la fron­deuse Fa­né­lie Car­rey-Conte re­part de plus belle, après son élec­tion au con­seil ré­gio­nal. Les so­cia­listes pa­ri­siens, dé­jà sé­rieu­se­ment aga­cés par les prises de po­si­tion de la jeune dé­pu­tée — elle s’est abs­te­nue sur la pro­lon­ga­tion de l’Etat d’ur­gence — ne di­gèrent pas son élec­tion au sein de l’as­sem­blée fran­ci­lienne.

« Pour cal­mer les es­prits échauf­fés à la suite de son vote, il avait été pré­vu lors du con­seil fé­dé­ral de la mettre en po­si­tion non éli­gible sur la liste du se­cond tour. Or, elle n’a re­cu­lé que de quelques places. Ce sont les fron­deurs qui ont sau­vé sa peau », vo­ci­fère une par­le­men­taire pa­ri­sienne. Se­lon d’autres sources, Ma­rie-Pierre de la Gon­trie, la tête de liste d’union de la gauche à Pa­ris, qui s’était re­fu­sé à com­men­ter cette af­faire, avait don­né son ac­cord pour que soit ex­fil­trée sa co­lis­tière tout en louant son en­ga­ge­ment dans la cam­pagne.

Sou­te­nue par une par­tie des élus so­cia­listes

Mais les so­cia­listes ap­par­te­nant au même cou­rant que Fa­né­lie Car­reyConte avaient vo­lé à son se­cours en fai­sant va­loir qu’il fal­lait bien lui trou­ver une place au cas où George Pau-Lan­ge­vin, mi­nistre des Ou­tre­Mer, dont elle est la sup­pléante, re­trouve son siège à l’As­sem­blée na­tio­nale après un re­ma­nie­ment gou­ver­ne­men­tal.

Cet ar­gu­ment avan­cé pour jus­ti­fier le cu­mul des man­dats de l’élue pa­ri­sienne en a aga­cé plus d’un. « Il y a deux poids, deux me­sures. Et puis, per­sonne ne sait, à part Hol­lande, s’il y au­ra un re­ma­nie­ment en dé­cembre et si Pau-Lan­ge­vin quit­te­ra le gou­ver­ne­ment », fait re­mar­quer un élu pa­ri­sien.

« Le PS n’est pas une secte et on peut se ré­jouir que des di­ver­gences de points de vue sur les li­ber­tés pu­bliques s’expriment dans un par­ti qui les dé­fend », ré­torque le dé­pu­té fron­deur pa­ri­sien Pas­cal Cher­ki, avant de ba­layer d’un re­vers de main les cri­tiques sur le cu­mul des man­dats for­mu­lées par cer­tains : « J’ai été maire d’ar­ron- dis­se­ment et dé­pu­té, Ma­rie-Pierre de la Gon­trie est conseillère de Pa­ris et conseillère ré­gio­nale et JeanMa­rie Le Guen est se­cré­taire d’Etat et conseiller de Pa­ris. Que je sache, Fa­né­lie Car­rey-Conte ne cu­mule pas un man­dat de dé­pu­té avec une fonc­tion exé­cu­tive lo­cale… Que les mé­con­tents pro­fitent des fêtes et qu’ils mangent une bûche. »

En at­ten­dant, la jeune Fa­né­lie Car­rey-Conte par­ta­ge­ra son temps entre l’As­sem­blée na­tio­nale et la ré­gion Ile-de-France, où elle sié­ge­ra dès de­main.

(LP/C.H.)

As­sem­blée na­tio­nale (VIIe). Les so­cia­listes n’ap­pré­cient pas que Fa­né­lie Car­rey-Conte ait pu se main­te­nir en po­si­tion éli­gible après le pre­mier tour des ré­gio­nales.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.