A droite, pri­maire élec­trique

La fin des élec­tions ré­gio­nales a son­né la re­prise des hos­ti­li­tés entre Ni­co­las Sar­ko­zy et ses ri­vaux. Dé­lais, or­ga­ni­sa­tion… tout est su­jet à cau­tion.

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE - OLI­VIER BEAUMONT

LE COMPTE À RE­BOURS est lan­cé à droite pour 2017 ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la mé­fiance reste de mise entre les ad­ver­saires de la pri­maire qui se joue­ra en no­vembre 2016. Il y a quelques jours, plu­sieurs par­le­men­taires les Ré­pu­bli­cains ont se­mé la zi­za­nie dans le par­ti en pro­po­sant d’avan­cer le scru­tin avant l’été. « C’est non ! » ont ré­pon­du en choeur Alain Jup­pé, Fran­çois Fillon ou en­core Bru­no Le Maire, sus­pec­tant le camp de l’ex-chef de l’Etat d’être à la ma­noeuvre : « Sar­ko­zy tient l’ap­pa­reil et dis­pose d’une sur­face mé­dia­tique bien su­pé­rieure à la nôtre ! Il au­rait donc in­té­rêt à ce qu’elle se dé­roule plus tôt. Alors que pour nous, dix mois ne se­ront pas de trop pour faire cam­pagne », fait sa­voir un sup­por­teur de Bru­no Le Maire, qui de­vrait of­fi­cia­li­ser sa can­di­da­ture avant le prin­temps.

« Dix mois, c’est en­core très long. Les chausse-trapes vont être nom­breuses », pro­phé­tise de son cô­té un proche d’Alain Jup­pé. « Si on n’est pas ca­pables d’or­ga­ni­ser une pri­maire se­reine et res­pon­sable, com­ment peut-on l’être pour di­ri­ger le pays ? » tacle en pri­vé Fran­çois Fillon, dans ce qui res­semble clai­re­ment à une at­taque contre le pré­sident des Ré­pu­bli­cains.

Bud­get de 5 M€

Au­tant dire que la confiance n’est pas de mise. Sur le pa­pier, les choses avancent pour­tant plu­tôt bien. La ré­par­ti­tion des 10 000 bu­reaux de vote a été va­li­dée, le par­ti vient de vo­ter une ligne bud­gé­taire de 5 M€ pour l’or­ga­ni­sa­tion de ce scru­tin et des lo­caux — 200 m2, rue de Bran­cion (XVe) — vont être mis à la dis­po­si­tion de la haute au­to­ri­té pré­si­dée par la ju­riste in­dé­pen­dante Anne Le­vade. « L’élec­tion ra­tée de dé­cembre 2012 entre Fillon et Co­pé conti­nue de trau­ma­ti­ser tout le monde. En fait, on ne se­ra ja­mais to­ta­le­ment ras­su­ré », ad­met un an­cien mi­nistre.

@oli­vier­beau­mont

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.