Une cou­tume non ré­gle­men­tée

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - V. MD.

an­née la mu­ni­ci­pa­li­té. Ce ri­tuel (opaque) des gra­ti­fi­ca­tions n’étant pas en­ca­dré par des textes ré­gle­men­taires à l’échelle du pays, il re­vient donc aux maires d’in­ter­ve­nir, no­tam­ment par ar­rê­té, s’ils le jugent utile. De leurs cô­tés, les em­ployeurs des « dé­mar­cheurs » rap­pellent que ceux-ci agissent à titre in­di­vi­duel, en de­hors de leurs heures de ser­vice. Les éboueurs comme les fac­teurs achètent eux-mêmes leurs ca­len­driers (sou­vent à la gloire du mont Blanc ou d’une fra­trie de cha­tons) au­près d’un im­pri­meur, à un prix entre 1 et 3 € l’uni­té. Consi­dé­rés comme un « pré­sent d’usage », les pour­boires re­çus sont ain­si nets d’im­pôts. Chez les sol­dats du feu, les sommes ré­col­tées ne fi­nissent pas dans les poches des quê­teurs mais sont re­ver­sées à un pot com­mun, ce­lui de leur Ami­cale des pom­piers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.