Pou­tine vole au se­cours de son ami Blat­ter

Scan­dale à la Fifa.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - Vla­di­mir Pou­tine à pro­pos du pré­sident dé­mis­sion­naire de la Fifa

LE VI­SAGE DE SEPP BLAT­TER, bar­ré d’un im­po­sant pan­se­ment sous l’oeil droit, est res­té im­pas­sible à sa sor­tie de la Fifa à Zu­rich (Suisse). Le pré­sident dé­mis­sion­naire de la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale de football est res­té muet à l’abri des vitres de sa ber­line noire, as­sis au cô­té de son avo­cat Lo­renz Er­ni. A l’abri des murs épais de l’ins­ti­tu­tion, le di­ri­geant dé­chu s’est mon­tré plus lo­quace au mo­ment de ré­pondre pen­dant près de huit heures aux ques­tions des juges sur le paie­ment contro­ver­sé de 1,8 M€ à Mi­chel Pla­ti­ni en 2011 pour un tra­vail ef­fec­tué entre 1999 et 2002. Une ac­cu­sa­tion qui leur vaut à tous les deux d’être sus­pen­dus de toutes fonc­tions jus­qu’au 5 jan­vier alors que l’élec­tion du pro­chain pré­sident de la Fifa est pré­vue le 26 fé­vrier.

Mer­cre­di à la veille de son au­di­tion, tout en as­su­rant de la pro­bi­té du Fran­çais, il n’avait pu s’em­pê­cher de lui glis­ser un tacle : « C’est un homme hon­nête. Bon, c’est aus­si une ve­dette, hein ! » Blat­ter est éga­le­ment soup­çon­né d’avoir si­gné un contrat de droits té­lé pré­su­mé dé­loyal en­vers la Fifa concer­nant les Coupes du monde 2010 et 2014.

En at­ten­dant le ver­dict qui pour­rait in­ter­ve­nir dès lun­di, les avo­cats du di­ri­geant suisse de 79 ans se vou­laient confiants. « Le pré­sident Blat­ter at­tend une dé­ci­sion en sa fa­veur, in­di­quaien­tils dans un com­mu­ni­qué. La preuve a été faite que le pré­sident Blat­ter s’est com­por­té comme il le fal­lait et n’a cer­tai­ne­ment pas vio­lé le code d’éthique de la Fifa. Cette en­quête de­vrait se re­fer­mer et la sus­pen­sion de­vrait être le­vée. » Un op­ti­misme à re­la­ti­vi­ser alors que le pa­tron de la Fifa de­puis 1998 ne risque rien de moins que la ra­dia­tion à vie.

Le Va­lai­san a ce­pen­dant re­çu dans la jour­née d’hier un sou­tien éton­nant et pas for­cé­ment dé­ci­sif. De­puis Mos­cou, Vla­di­mir Pou­tine a vo­lé au se­cours de Blat­ter, qui était un par­ti­san de l’at­tri­bu­tion de la Coupe du monde 2018 à la Rus­sie. « Jo­seph Blat­ter a fait un tra­vail consi­dé­rable pour le football mon­dial, as­sure le pré­sident russe. Sa contri­bu­tion dans le do­maine hu­ma­ni­taire est co­los­sale. Voi­là la per­sonne à qui il faut don­ner le prix No­bel de la paix. » Pas cer­tain qu’il soit en­ten­du par l’aca­dé­mie de Stock­holm !

« Voi­là la per­sonne à qui il faut don­ner le prix

No­bel de la Paix »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.